Le re­tour de la gauche

Ham­dine Sab­ba­hi, Kha­led Ali, Aboul-ezz Al-ha­ri­ri et Hi­cham Al-bas­ta­wis­si, can­di­dats de gauche, ri­va­lisent pour rem­por­ter la pré­si­den­tielle. La réus­site de l’un d’eux se­rait le sym­bole d’une gauche qui fait son grand re­tour sur la scène avec la ré­vo­lu­tion

Al Ahram Hebdo - - Le Fait De La Semaine -

Ham­dine Sab­ba­hi, le pré­sident ci­toyen

Une tour­née dans le mé­tro, sui­vie d’une es­ca­pade à Qa­na­ter en man­geant du pois­son sa­lé, le jour de la fête de Cham Al-nessim, Ham­dine Sab­ba­hi se dit « le type du pré­sident ci­toyen ». A peine quelques se­maines après la ré­vo­lu­tion, Sa­ba­hi avait an­non­cé of­fi­ciel­le­ment son in­ten­tion de bri­guer la pré­si­dence. Il s’était dé­jà dé­cla­ré can­di­dat de­puis la fin 2009 pour concur­ren­cer Hos­ni Mou­ba­rak. Sa course pour col­lec­ter les 30 000 pro­cu­ra­tions né­ces­saires pour la can­di­da­ture a été très vite exé­cu­tée ; il est aus­si sou­te­nu par le par­ti néoNas­sé­rien et il a fon­dé le par­ti Al-ka­ra­ma (la di­gni­té).

Agé de 57 ans, Sab­ba­hi a tout au long de sa vie été ins­pi­ré par les pen­sées de Nas­ser, mais af­firme pour­tant qu’il ne sou­haite pas re­pro­duire son mo­dèle. En 1974, à la tête de l’union des étu­diants de l’uni­ver­si­té du Caire, il a créé le « Club de la pen­sée nas­sé­rienne ». Après les émeutes du pain de 1977 et lors d’une ren­contre avec le pré­sident Sa­date, il a cri­ti­qué sur un ton sé­vère sa po­li­tique d’ou­ver­ture « qui se verse dans le camp des ca­pi­ta­listes ». Il a égale- ment cri­ti­qué les plans de Sa­date de faire la paix avec Is­raël. Après cette confron­ta­tion, Sa­ba­hi s’est alors re­trou­vé in­ter­dit de tra­vailler comme jour­na­liste. En sep­tembre 1981, Sab­ba­hi était le plus jeune membre du mou­ve­ment d’op­po­si­tion na­tio­na­liste à être dé­te­nu. Il a aus­si été dé­te­nu en 1990 sous Mou­ba­rak après avoir contes­té la loi qui ré­git la re­la­tion entre pro­prié­taires et lo­ca­taires et qui af­fecte les droits des agri­cul­teurs. Son tra­jet po­li­tique ne s’ar­rête pas là. Il a été élu dé­pu­té pen­dant 10 ans suc­ces­sifs. En 2004, il a été par­mi les fon­da­teurs du mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion Ké­faya, contre Mou­ba­rak et son fils. Le 25 jan­vier, Sab­ba­hi a été à Bal­tim, sa ville na­tale, di­ri­geant des marches de pro­tes­ta­tion pour faire chu­ter le ré­gime de Mou­ba­rak. Il a me­né tôt sa cam­pagne élec­to­rale, ce qui lui a fait ga­gner da­van­tage de ter­rain. Une fois pré­sident, dit-il, il met­tra fin « à l’ère des cor­tèges pré­si­den­tiels, ses dé­pu­tés re­pré­sen­te­ront trois dif­fé­rentes ten­dances po­li­tiques et dont né­ces­sai­re­ment un copte et un jeune ». Il compte sur­tout sur la voix des pay­sans et Egyp­tiens en pro­vince

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.