Un pè­le­rin pas comme les autres

Al Ahram Hebdo - - Egypte - Sa­mar Za­rée

MUF­TI D’ÉGYPTE . La vi­site de Ali Go­maa à la mos­quée d’al-aq­sa la se­maine der­nière a sus­ci­té la co­lère

de la qua­si-to­ta­li­té des par­tis et mou­ve­ments po­li­tiques ain­si que de l’ins­ti­tu­tion d’al-az­har.

LA PRE­MIÈRE dé­non­cia­tion est sur­ve­nue de la plus pres­ti­gieuse ins­ti­tu­tion de l’is­lam sun­nite. Dans des dé­cla­ra­tions of­fi­cielles à la suite d’une réunion d’ur­gence te­nue sous la pré­si­dence du grand imam, Ah­mad AlTayyeb, Al-az­har a condam­né la vi­site à Jé­ru­sa­lem qu’a ef­fec­tuée la se­maine der­nière le muf­ti d’egypte, cheikh Ali Go­maa. Al-az­har a rap­pe­lé son op­po­si­tion dé­ter­mi­née à la vi­site de Jé­ru­sa­lem, de la mos­quée d’al-aq­sa et de tous les lieux saints sous oc­cu­pa­tion is­raé­lienne. Al-tayyeb a, d’autre part, as­su­ré qu’il n’a même pas été consul­té avant cette vi­site et qu’il n’en a été in­for­mé que par les mé­dias.

Le muf­ti du pays, cheikh Ali Go­maa, qui a vi­si­té mer­cre­di 18 avril, pour la pre­mière fois, la mos­quée d’al-aq­sa à Jé­ru­sa­lem, a re­fu­sé les ac­cu­sa­tions par cer­taines forces po­li­tiques et is­la­miques qui ont pré­sen­té sa vi­site comme un ap­pel à la nor­ma­li­sa­tion avec Is­raël. « J’ai ef­fec­tué cette vi­site à titre per­son­nel et non en ma qua­li­té of­fi­cielle. J’ai été in­vi­té par les au­to­ri­tés re­li­gieuses jor­da­niennes à l’inau­gu­ra­tion du Centre de l’imam Al-gha­za­li. En ac­cep­tant de m’y rendre, je vou­lais que ma vi­site soit per­çue comme un ap­pel aux mu­sul­mans dans le monde en­tier à sou­te­nir les Pa­les­ti­niens et la ville oc­cu­pée de Jé­ru­sa­lem par tous les moyens pos­sibles, concrets et mo­raux », in­dique Go­maa. Il a en outre pré­ci­sé que la vi­site s’est dé­rou­lée sous la su­per­vi­sion com­plète des au­to­ri­tés jor­da­niennes qui sont les gar­diennes de la mos­quée d’al-aq­sa, dont elles as­surent l’en­tre­tien en co­or­di­na­tion avec l’au­to­ri­té pa­les­ti­nienne. Il a sur­tout pré­ci­sé qu’il avait ac­cé­dé à la ville sainte par le moyen d’un vi­sa jor­da­nien et non is­raé­lien.

Si Al-az­har a condam­né la vi­site, il s’est bien gar­dé de cri­ti­quer le muf­ti en per­sonne. Ce der­nier est même dé­fen­du par cer­tains az­ha­rites. « Le voyage à Jé­ru­sa­lem n’est pas in­ter­dit par la re­li­gion, il s’agit d’une dé­ci­sion po­li­tique. Mais à mon avis, cette vi­site est ve­nue ré­pondre aux al­lé­ga­tions is­raé­liennes men­son­gères se­lon les­quelles la ques­tion de Jé­ru­sa­lem ne concerne que les Pa­les­ti­niens. En se ren­dant à Jé­ru­sa­lem, cheikh Go­maa a mon­tré que les lieux saints qui s’y trouvent concernent tous les mu­sul­mans qui re­pré­sentent le quart de la po­pu­la­tion mon­diale », in­dique Mah­moud Achour, membre de l’ins­ti­tut des re­cherches is­la­miques et an­cien di­gni­taire d’al-az­har.

Mais en de­hors du dé­bat re­la­ti­ve­ment calme que cette vi­site a en­gen- dré dans les mi­lieux des ins­ti­tu­tions is­la­miques of­fi­cielles, la dé­marche du muf­ti a été ac­cueillie par un re­fus po­pu­laire et une in­di­gna­tion de la part des par­tis et mou­ve­ments is­la­mistes, qui ont par­lé d’une « tache » dans l’his­toire du muf­ti. Le Par­ti Li­ber­té et Jus­tice (PLJ), is­su de la confré­rie des Frères mu­sul­mans et qui do­mine près de la moi­tié des sièges du Par­le­ment, a es­ti­mé qu’is­raël est le « seul bé­né­fi­ciaire de cette vi­site qui nui­ra à la cause pa­les­ti­nienne ». Les Frères es­timent que l’ini­tia­tive po­li­tique du muf­ti, qui est sur­tout un sym­bole du monde mu­sul­man, reste in­com­prise. « Nous étions en­core sous le choc à cause de la vi­site de plu­sieurs cen­taines de chré­tiens d’egypte qui étaient al­lés à Jé­ru­sa­lem ce mois-ci du­rant les fêtes de Pâques mal­gré la po­li­tique du boy­cott ins­tau­rée par le dé­funt pape Ché­nou­da III — qui ne s’y est pas ren­du lui-même jus­qu’à sa mort — et voi­là que la vi­site du muf­ti à Jé­ru­sa­lem est ve­nue am­pli­fier le choc », dit Hos­ni Ha­fez, dé­pu­té du PLJ. « Par cette dé­marche, le muf­ti, qui est une personnalité in­fluente pour les mu­sul­mans du monde is­la­mique en en­tier, ou­vri­ra la porte aux mu­sul­mans qui vou­dront l’imi­ter, ce qui est ab­so­lu­ment in­ac­cep­table. C’est pour ce­la que nous de­man­de­rons le li­mo­geage de Go­maa qui ne doit plus gar­der sa place », ajoute le dé­pu­té.

Tout en re­fu­sant les « exa­gé­ra­tions » des Frères qui ont ten­dance à

Vio­la­tion de la vo­lon­té po­pu­laire

ex­ploi­ter ce genre d’évé­ne­ments pour ga­gner en po­pu­la­ri­té, Na­bil Ab­del-fat­tah, cher­cheur au Centre des Etudes Po­li­tiques et Stra­té­giques (CEPS) d’al- Ah­ram, trouve néan­moins que cette vi­site consti­tue une vio­la­tion de la vo­lon­té po­pu­laire en Egypte qui ex­clut la vi­site des ter­ri­toires pa­les­ti­niens tant qu’ils sont sous oc­cu­pa­tion is­raé­lienne. « Je suis par­ti­cu­liè­re­ment sur­pris du ti­ming de cette vi­site qui s’est pro­duite alors que plus de 1 200 pri­son­niers pa­les­ti­niens entrent en grève de la faim en rai­son de ces vio­lences aux­quelles ils sont ex­po­sés dans les pri­sons is­raé­liennes », in­dique Ab­del-fat­tah.

L’union des écri­vains égyp­tiens a pris sa dé­ci­sion cette se­maine de rayer de ses membres le nom du cheikh Ali Go­maa en rai­son de sa vio­la­tion de la dé­ci­sion de l’as­sem­blée gé­né­rale de l’union in­ter­di­sant toute forme de nor­ma­li­sa­tion avec Is­raël, et ce­ci à l’ins­tar de tous les syn­di­cats pro­fes­sion­nels.

« L’union qui re­jette toutes les jus­ti­fi­ca­tions pré­sen­tées par cheikh Ali Go­maa et ses par­ti­sans est sûre que de telles vi­sites rendent heu­reux l’en­ne­mi is­raé­lien », dé­clare Sa­lah Al-ra­wi, membre du conseil de l’union des écri­vains. « La ques­tion est que notre en­ne­mi se fé­li­cite de ces vi­sites et les en­cou­rage, car il réa­lise très bien qu’elles servent ses plans et ses ob­jec­tifs. Si Is­raël avait es­ti­mé qu’une telle vi­site était un sou­tien aux Pa­les­ti­niens et un ap­pel à sau­ver Jé­ru­sa­lem de l’oc­cu­pa­tion comme le pré­tend Ali Go­maa, il ne l’au­rait ja­mais au­to­ri­sée et au­rait tout fait pour l’em­pê­cher », ajoute Al-ra­wi

Le muf­ti dit avoir agi à titre per­son­nel.

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.