Hol­lande chas­se­ra-t-il Sar­ko­zy ?

FRANCE . Le so­cia­liste François Hol­lande a de­van­cé le pré­sident sor­tant Ni­co­las Sar­ko­zy et af­fai­bli ses chances de vic­toire lors du 2e tour le 6 mai. Les deux hommes vont cher­cher dé­sor­mais à sé­duire l’élec­to­rat cen­triste et d’ex­trême droite.

Al Ahram Hebdo - - Monde - M. Ch.

SANS GRANDE SUR­PRISE, le so­cia­liste François Hol­lande a rem­por­té di­manche le pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle en France avec un taux de 28,6 % des voix de­van­çant Ni­co­las Sar­ko­zy (27,1 %), à l’is­sue d’un scru­tin mar­qué par un score his­to­rique pour l’ex­trême droite. Se­lon deux ré­cents son­dages, Hol­lande bat­trait Sar­ko­zy au moins par 55 % contre 46 % au se­cond tour de la pré­si­den­tielle le 6 mai. Confiant pour chas­ser son ri­val du pou­voir, le so­cia­liste semble comp­ter sur des re­ports de voix de la gauche ra­di­cale et des éco­lo­gistes, alors que les ré­serves de voix du pré­sident sor­tant sont plus minces. « Je suis le mieux pla­cé pour de­ve­nir le pro­chain pré­sident de la Ré­pu­blique », a af­fir­mé Hol­lande, don­né de­puis des mois lar­ge­ment vain­queur au se­cond tour par les son­dages, avec 55 % des voix en moyenne. Au cas de sa vic­toire, François Hol­lande se­rait le pre­mier pré­sident de gauche de­puis François Mit­ter­rand (1981-1995).

Plom­bé par des re­cords d’im­po­pu­la­ri­té de­puis de longs mois, Sar­ko­zy a ten­té de faire de la guerre contre l’is­la­misme son che­val de ba­taille, ces der­niers jours, après les at­ten­tats de Tou­louse per­pé­trés par un is­la­miste en mars. Pour­tant, Sar­ko­zy a ra­té son pa­ri et doit dé­sor­mais se li­vrer à la dure mis­sion de sé­duire l’ex­trême droite et le centre pour bri­guer un nou­veau man­dat de 5 ans à la tête du pays.

Mal­gré ses chances mi­nimes, le pré­sident sor­tant a, lui aus­si, pro­cla­mé sa « confiance », pro­po­sant que trois dé­bats soient or­ga­ni­sés avec son ri­val, sur des ques­tions éco­no­miques et so­ciales et des ques­tions in­ter­na­tio­nales. François Hol­lande a aus­si­tôt re­fu­sé, af­fir­mant ne vou­loir qu’un seul dé­bat, comme c’est la tra­di­tion en France.

Vic­toire sans pré­cé­dent

Outre ce duel au som­met, le vote de di­manche était mar­qué par une par­ti­cu­la­ri­té sans pré­cé­dent : le score his­to­rique mar­qué par la can­di­date de l’ex­trême droite, Ma­rine Le Pen, qui ar­rive en 3e po­si­tion avec près de 17,9 % des voix. Son score est le plus éle­vé ja­mais réa­li­sé par sa fa­mille po­li­tique dans une pré­si­den­tielle et pour­rait lui per­mettre de pe­ser da­van­tage sur le se­cond tour. Ma­rine Le Pen, qui am­bi­tionne de de­ve­nir la « chef d’op­po­si­tion » française, se­lon son di­rec­teur de cam­pagne Flo­rian Phi­lip­pot, ne de­vrait vrai­sem­bla­ble­ment pas don­ner de consigne de vote pour le mo­ment. « La ba­taille de France ne fait que com­men­cer » et « rien ne se­ra plus ja­mais comme avant », a sou­li­gné Ma­rine Le Pen lun­di, en ju­geant avoir fait « trem­bler le sys­tème ». Avec presque un élec­teur sur cinq, la dé­pu­tée eu­ro­péenne, qui a gran­di dans l’ombre de son père Jean-marie Le Pen, fon­da­teur d’un des par­tis d’ex­trême droite les plus puis­sants d’eu­rope, s’ins­talle du­ra­ble­ment dans le pay­sage po­li­tique fran­çais. Se­lon les ex­perts, ce score his­to­rique de l’ex­trême droite té­moigne de l’in­ca­pa­ci­té de Sar­ko­zy à si­phon­ner les voix du Front na­tio­nal, con­trai­re­ment à 2007, et mal­gré un dis­cours de cam­pagne très dur sur l’im­mi­gra­tion et la sé­cu­ri­té.

En­vi­ron 46 mil­lions d’élec­teurs ont été ap­pe­lés aux urnes di­manche der­nier pour sé­lec­tion­ner les deux fi­na­listes par­mi dix can­di­dats en lice. Le taux de par­ti­ci­pa­tion a at­teint en­vi­ron 80 %, se­lon les es­ti­ma­tions des ins­ti­tuts de son­dage, un taux as­sez éle­vé et rare, se­lon les termes de François Hol­lande. Il est tou­te­fois en re­cul par rap­port à 2007 (83,77 %), un cru ex­cep­tion­nel. Ces chiffres dis­sipent l’in­quié­tude d’une grosse abs­ten­tion à l’is­sue d’une cam­pagne qui, se­lon dif­fé­rentes en­quêtes, a peu pas­sion­né les Fran­çais qui n’y ont pas vu beau­coup de so­lu­tions à leurs dif­fi­cul­tés

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.