Une so­cié­té re­li­gieuse dans un Etat laïque

ES­SAI . Dans son der­nier ou­vrage, Ta­laat Rad­wan re­vient sur les fon­de­ments de la no­tion de laï­ci­té. Il s’in­surge contre l’is­lam po­li­tique, tout en res­tant op­ti­miste sur l’ave­nir de l’egypte.

Al Ahram Hebdo - - Livres - Saad Al-qerch

IL EST CER­TAI­NE­MENT lé­gi­time pour Ta­laat Rad­wan, vu les don­nées ac­tuelles, de se de­man­der dans son der­nier ou­vrage, A propos de la laï­ci­té, et la re­la­tion entre la re­li­gion et la po­li­tique, si la ré­vo­lu­tion du 25 jan­vier peut se trans­for­mer en échec. Sur­tout après la per­cée des groupes de l’is­lam po­li­tique qui ont ra­flé la ma­jo­ri­té aux élec­tions par­le­men­taires. Le livre, pu­blié par l’or­ga­nisme gé­né­ral des pa­lais de la culture, fait par­tie d’une sé­rie de livres de poche ayant pour vo­ca­tion la sen­si­bi­li­sa­tion po­li­tique.

Bien que l’egypte se trouve à la croi­sée des che­mins, Rad­wan de­meure néan­moins op­ti­miste quant à la pos­si­bi­li­té d’évi­ter un échec par l’éta­blis­se­ment d’un Etat mo­derne et non dis­cri­mi­na­toire. Un Etat qui éva­lue­rait l’in­di­vi­du se­lon l’unique cri­tère du tra­vail et non pas se­lon un ar­rière-plan confes­sion­nel. Se­lon lui, c’est là que ré­side la voie du dé­ve­lop­pe­ment et du pro­grès.

Aux yeux de Rad­wan, l’autre voie mè­ne­rait à un re­tour aux époques de la pré­his­toire, où les fils d’un seul peuple s’en­tre­tuaient à cause d’un quel­conque pro­blème ré­sul­tant d’une culture gé­né­rale do­mi­nante né­gli­geant to­ta­le­ment les va­leurs et les droits de la ci­toyen­ne­té.

Rad­wan es­time que tout doit com­men­cer par une lutte contre le ra­di­ca­lisme re­li­gieux avec ses deux vo­lets is­la­mo-ch­ré­tien. Il de­vient donc im­pé­ra­tif d’ef­fa­cer tout ce qui vé­hi­cule le ra­cisme dans nos pro­grammes mé­dia­tiques et éducatifs et d’in­cul­quer aux Egyp­tiens qu’ils font tous par­tie d’un même tis­su so­cial. Il faut donc ces­ser de res­sas­ser le re­frain qui émerge à chaque fois qu’un ac­ci- dent d’ordre confes­sion­nel sur­vient, et se­lon le­quel mu­sul­mans et chré­tiens sont les deux com­po­santes de la so­cié­té.

L’au­teur s’érige contre les mé­thodes d’af­fron­te­ments sé­cu­ri­taires adop­tées pour mettre fin à la sé­di­tion confes­sion­nelle. « Qu’est-il arrivé après l’exé­cu­tion de Sayed Qotb en 1966 ? Cette exé­cu­tion a-t-elle mis fin à la sé­rie d’ac­cu­sa­tions d’apos­ta­sie ? Ou bien at- elle en­traî­né l’émer­gence d’autres groupes ? », se de­mande l’au­teur dans une al­lu­sion à Al-tak­fir wal-hi­j­ra (le groupe de l’ex­com­mu­ni­ca­tion et de l’exil), ayant com­mis des crimes qui ont se­coué l’opi­nion pu­blique en Egypte, dont l’en­lè­ve­ment en 1977 du cheikh AlZa­ha­bi, alors mi­nistre des Wa­qfs.

Met­tant en garde contre l’em­prise du lan­gage re­li­gieux et le kid­nap­ping de la ré­vo­lu­tion, Rad­wan tient à no­ter des té­moi­gnages en­ten­dus sur la place em­blé­ma­tique Tah­rir. Il dit avoir vu un jeune ch­ré­tien ai­dant un mu­sul­man à faire ses ablu­tions. Et avoir vu un jeune homme bran­dis­sant une pan­carte où l’on pou­vait lire : « Le nom : ci­toyen. La re­li­gion : Egyp­tien. La date de nais- sance : le 25 jan­vier. Le lieu de nais­sance : la place Tah­rir ».

Contre l’is­lam po­li­tique

Rad­wan écrit :« A la place Tah­rir, des groupes sa­la­fistes se sont mo­bi­li­sés le ven­dre­di 29 juillet 2011, scan­dant des slo­gans comme : Le peuple veut ap­pli­quer la cha­ria, ou bien : Is­la­miya ... is­la­miya ». Quelques-uns ont même sus­pen­du une pho­to de Ben La­den, lea­der d’al- Qaë­da. L’au­teur in­cri­mine les EtatsU­nis et ne les in­no­cente pas du sou­tien ap­por­té aux or­ga­ni­sa­tions ou ré­gimes dits ri­go­ristes. Pour étayer ses propos, il rap­porte des dé­cla­ra­tions de l’intellectuel et émi­nent lin­guiste amé­ri­cain, Noam Chom­sky : « Les EtatsU­nis ont in­ten­tion­nel­le­ment, et de ma­nière ré­gu­lière, sou­te­nu des is­la­mistes ra­di­caux afin d’obs­truer le dan­ger des ten­dances na­tio­na­listes et laïques. La réelle me­nace guet­tant l’amé­rique est l’in­dé­pen­dance. Elle sou­tient les is­la­mistes ri­go­ristes afin d’em­pê­cher l’éta­blis­se­ment de tout Etat na­tio­nal laïque ».

Il sai­sit dans ce contexte l’oc­ca­sion de rap­pe­ler que la laï­ci­té ne veut pas dire bâ­tir une vie sans re­li­gion, tel qu’ar­gu­men­té par les fon­da­men­ta­listes. Elle est uni­que­ment contre l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la re­li­gion à des fins po­li­tiques.

Beau­coup de phi­lo­sophes laïques ont re­fu­sé l’op­tion de la guerre, dont Ber­trand Rus­sel, JeanPaul Sartre et Sig­mund Freud. Ce der­nier a contes­té « l’idée de la mise en place d’un Etat is­raé­lien, parce qu’il n’était pas convain­cu de l’idée de créer une pa­trie pour les juifs sur le sol d’un autre peuple. Ar­thur Miller, quant à lui, a re­fu­sé le prix de Jé­ru­sa­lem que lui a dé­cer­né le gou­ver­ne­ment is­raé­lien af­fi­chant ain­si, à sa ma­nière, sa dé­so­la­tion vis-à-vis de la po­li­tique de Sha­ron contre les Pa­les­ti­niens ».

Rad­wan n’omet pas éga­le­ment de re­prendre les dé­cla­ra­tions de l’écri­vain bri­tan­nique Ha­rold Pin­ter, dé­cé­dé en 2008. Pour lui, il faut tout faire pour ame­ner Bill Clin­ton et To­ny Blair de­vant le tri­bu­nal des cri­mi­nels de guerre, suite à l’in­va­sion de l’iraq en 2003.

Rad­wan in­sère toutes ces ci­ta­tions pour prou­ver que la pen­sée laïque se fo­ca­lise sur la « conscience hu­maine vi­vante ... et sur la di­men­sion spi­ri­tuelle » qui, à leur tour, sont en quête de tout ce qui est po­si­tif et réa­lise le bien-être des in­di­vi­dus.

Rad­wan af­firme avec dé­ter­mi­na­tion que la laï­ci­té tient fer­me­ment à sé­pa­rer les ins­ti­tu­tions re­li­gieuses des ins­ti­tu­tions po­li­tiques. Elle ne vise pas à sé­pa­rer la re­li­gion de la so­cié­té, mais elle ac­corde à l’homme le droit de se conver­tir aux re­li­gions et aux po­li­tiques qui lui plaisent. Les ré­gimes de gou­ver­nance en Eu­rope, en Inde et au Ja­pon au­to­risent la construc­tion côte à côte des lieux de culte, à un mo­ment où au­cune église ou ca­thé­drale n’est édi­fiée dans un cer­tain pays arabe, fai­sant al­lu­sion bien sûr à l’ara­bie saou­dite

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.