Taxes : Les ci­ga­rettes à nou­veau frap­pées

Al Ahram Hebdo - - Economie - Né­vine Ka­mel

la se­conde fois en un an, le pré­sident Ab­del­Fat­tah Al-Sis­si a dé­ci­dé, par dé­cret, une nou­velle hausse de taxes sur la vente des ci­ga­rettes. Qu’elles soient lo­cales ou im­por­tées, toutes les marques de ci­ga­rettes se­ront tou­chées par cette hausse qui se­ra entre 1 et 3 L.E., soit 2 % du prix ini­tial.

Une dé­ci­sion, qui se­lon le por­te­pa­role du Conseil des mi­nistres, Hos­sam Al-Qa­wich, rap­por­te­ra aux caisses de l’Etat une somme com­prise entre 5 et 5,5 mil­liards de L.E.

L’As­so­cia­tion des ven­deurs de ci­ga­rettes a été la pre­mière à ex­pri­mer ses craintes. « La hausse suc­ces­sive des prix per­tur­be­ra le mar­ché du ta­bac et ou­vri­ra la porte à la fraude des ci­ga­rettes chi­noises co­piées », dit Os­sa­ma Sa­la­ma, pré­sident de l’as­so­cia­tion, en es­ti­mant à 50 % du mar­ché les ventes des ci­ga­rettes co­piées. L’En­tre­prise amé­ri­caine Bri­tish To­bac­co avait ré­cla­mé au gou­ver­ne­ment, à tra­vers un com­mu­ni­qué de presse, de ren­for­cer la sur­veillance sur le mar­ché pour évi­ter toute at­teinte aux in­ves­tis­se­ments des en­tre­prises de ta­bac. Mais le prin­ci­pal dé­bat concer­nait l’al­lo­ca­tion des re­cettes qui ré­sultent de cette hausse. « L’Egypte n’est pas le pre­mier pays à aug­men­ter les taxes sur le ta­bac pour com­bler le dé­fi­cit bud­gé­taire. La taxe reste par­mi les moins éle­vées par rap­port à d’autres pays », se jus­ti­fie à son tour un res­pon­sable mi­nis­té­riel. Et d’ajou­ter que l’Egypte doit ho­no­rer ses en­ga­ge­ments au­près de l’Or­ga­ni­sa­tion Mon­diale de la San­té (OMS) qui im­pliquent l’ap­pli­ca­tion de prix pro­hi­bi­tifs, et ce afin d’in­ci­ter les gens à ar­rê­ter de fu­mer.

Dé­ci­sion peu po­pu­laire

En ef­fet, le gou­ver­ne­ment pré­tend que la taxe sur le ta­bac vise à ré­duire sa consom­ma­tion, ce que beau­coup contestent. Pour rendre ac­cep­table une dé­ci­sion peu po­pu­laire, le gou­ver­ne­ment a, dans un pre­mier temps, pro­mis que la moi­tié des re­ve­nus pro­ve­nant de la hausse du prix se­ra at­tri­bué à l’amé­lio­ra­tion des ser­vices de la san­té pu­blique, avant de re­ve­nir sur sa dé­ci­sion et de main­te­nir le flou sur le sort de ces mil­liards. « Ce n’est pas la pre­mière fois que le gou­ver­ne­ment dé­cide de s’em­pa­rer du re­ve­nu des taxes sur les ci­ga­rettes. Dans les an­nées 1990, le gou­ver­ne­ment a taxé 10 piastres chaque pa­quet pour fi­nan­cer les ser­vices de san­té, à l’ins­tar soi-di­sant de beau­coup de pays eu­ro­péens. Et comme d’ha­bi­tude, cette somme n’a pas été orien­tée vers ce sec­teur », s’in­surge Mo­na Mi­na, se­cré­taire gé­né­rale de l'Ordre des mé­de­cins.

Dans l’exer­cice fis­cal pré­cé­dent (2013/2014), les re­ve­nus des taxes sur les ci­ga­rettes étaient de 12,4 mil­liards de L.E., soit le double des re­ve­nus du Ca­nal de Suez.

Se­lon les chiffres du CAPMAS (or­ga­nisme of­fi­ciel des sta­tis­tiques), le bud­get d’un foyer égyp­tien consa­cré au ta­bac est es­ti­mé à 1 063 L.E. par an, soit 3 L.E. par jour. Ce qui re­pré­sente en­vi­ron 4 % des dé­penses de la fa­mille égyp­tienne

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.