Ca­no­ni­sa­ton de la pre­mière sainte aus­tra­lienne

Watani Francophone - - News - Lau­ra Ha­kim

(Lettre aux soeurs à l’oc­ca­sion de la fête de St Jo­seph, le 6 mars 1900) :

* Ô cher St Jo­seph notre père, prends soin de tes pauvres en­fants et garde les tous fi­dèles, fi­dèles jus­qu’à la mort à l’ado­rable es­prit d’hu­mi­li­té de ta glo­rieuse Ins­ti­tu­tion. * Soeurs, je re­doute l’es­prit mon­dain qui re­cherche la meilleure part et ou­blie les pauvres et les dé­lais­sés et qui par consé­quent dé­çoit les ap­pels à l’aide pleins de cha­grin que nous re­ce­vons par­fois de notre cher Époux souf­frant. * Nous ne de­vons pas être in­grates et nous de­vons prou­ver notre re­con­nais­sance par nos actes et notre tra­vail en­joué, notre vo­lon­té de sur­mon­ter notre égo­cen­trisme à tout prix, d’al­ler là ou l’obéis­sance le re­quiert, choi­sis­sant, si le choix nous est don­né, les lieux les plus dé­lais­sés où Il nous ap­pelle. N’ou­blions pas que dans l’es­prit de notre Règle c’est là que nous de­vrions dé­si­rer al­ler. Que les vrais en­fants de St Jo­seph se sou­viennent de leur mis­sion et re­cherchent avant tout les zones les plus pauvres et les plus né­gli­gées du vi­gnoble de Dieu. (Lettre à Mon­sei­gneur Kir­by, août 1873) : "Les soeurs doivent faire tout le bien pos­sible et ne ja­mais voir un mal sans cher­cher une ma­nière d’y re­mé­dier". De là la de­vise de sa congré­ga­tion : "Ne ja­mais voir un be­soin sans faire quelque chose") (Ob­ser­va­tions sur la Règle 18 mai 1873) : « C’est aus­si leur de­voir… de faire tout le bien qu’elles peuvent… vi­si­ter les ma­lades, les hô­pi­taux, les pri­sons, ac­cueillir les or­phe­lins et les dé­mu­nis.»

Ma­ry MacKillop

Newspapers in French

Newspapers from Egypt

© PressReader. All rights reserved.