Nos clouds ont du ta­lent

Adop­ter un pres­ta­taire fran­çais, c’est l’as­su­rance d’of­frir une sé­cu­ri­té et une confi­den­tia­li­té op­ti­males à vos don­nées per­son­nelles.

01net - - SOMMAIRE - CY­RIL VALENT

Re­trou­vez­tou­tes­vos­don­nées en cas de crash de votre disque dur… Par­ta­gez avec vos proches une vi­déo de va­cances dont le poids ex­cède la li­mite d’en­voi au­to­ri­sée par votre mes­sa­ge­rie élec­tro­nique… Ac­cé­dez, de­puis votre té­lé­phone, à tous vos do­cu­ments tout le temps et en tout lieu… Les avan­tages du sto­ckage dans le cloud sont nom­breux. Si ce mar­ché est lar­ge­ment do­mi­né par les Nord-Amé­ri­cains (Google Drive, Drop­box, OneD­rive…), fi­gu­rez-vous que les ser­vices fran­çais de “nuage” offrent de nom­breux avan­tages par rap­port à leurs concur­rents étran­gers.

Don­nées sous clé. En ma­tière de res­pect de la vie pri­vée – co­co­ri­co ! – ils as­surent. Les pres­ta­taires tri­co­lores jurent en ef­fet que les don­nées per­son­nelles de leurs clients sont chif­frées et qu’ils ne sont pas en me­sure de les in­ter­cep­ter. En cas de pi­ra­tage, les conte­nus sto­ckés sont in­ex­ploi­tables, car seul le pro­prié­taire, qui pos­sède la clé unique de chif­fre­ment, peut les lire. Ajou­tez à ça l’as­su­rance de ne pas voir les in­for­ma­tions vous concer­nant cé­dées à des tiers. Car, outre-At­lan­tique, les géants du Net conservent une co­pie de votre clé. Rien ne pour­rait donc les em­pê­cher d’al­ler foui­ner dans vos fi­chiers pour vendre votre pro­fil à des pro­fes­sion­nels ou à des an­non­ceurs qui ne man­que­raient pas de vous ci­bler à des fins pu­bli­ci­taires. En outre, de­puis l’en­trée en vi­gueur du Pa­triot Act après les at­ten­tats du 11 sep­tembre 2001, la loi oblige Google et consorts à trans­mettre vos don­nées aux au­to­ri­tés sur simple de­mande de leur part, se­lon An­toine Jac­quier, co­fon­da­teur de la so­cié­té de conseil Nua­geo.

Autre rai­son de sto­cker ou de ra­pa­trier ses don­nées dans l’Hexa­gone : la pos­si­bi­li­té de bé­né­fi­cier d’un ser­vice d’as­sis­tance en langue fran­çaise. Il se­ra ain­si plus fa­cile de se faire gui­der dans la mise en place d’une fonc­tion un peu com­pli­quée, mais aus­si de dé­mê­ler un pro­blème de fac­tu­ra­tion, de mot de passe ou­blié ou de fi­chier abî­mé. Choi­sir un cloud Made in France, c’est en­fin ne pas se li­vrer tout cru aux Ga­fam tout-puis­sants et fa­vo­ri­ser le sec­teur na­tio­nal du nu­mé­rique.

Pour vous ai­der à choi­sir un cloud gau­lois, nous avons sé­lec­tion­né les meilleures offres grand pu­blic. Avant de vous en­ga­ger, il vous fau­dra cer­ner vos be­soins, en

termes d’es­pace de sto­ckage d’abord. Sa­chez que 1 000 pho­tos en Jpeg pèsent jus­qu’à 5 gi­ga­oc­tets (Go), que cinq mi­nutes de film en HD avoi­sinent les 500 mé­ga­oc­tets (Mo), et qu’un CD oc­cupe de 80 Mo en MP3 à 300 Mo dans un for­mat haute qua­li­té comme le Flac. On voit ain­si tout de suite que les es­paces de sto­ckage en ligne gra­tuits comme ceux de dri­vinC­loud (2 Go) ou de Di­gi­poste (5 Go) se­ront ra­pi­de­ment sa­tu­rés.

Par ailleurs, si vos don­nées sont sen­sibles ou que leur va­leur est hau­te­ment sen­ti­men­tale, il ne fau­dra pas hé­si­ter à mettre la main à la poche pour bé­né­fi­cier de da­van­tage de pro­tec­tion. Quelques eu­ros par mois vous ga­ran­ti­ront des an­nées de tran­quilli­té. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.