Les jeux in­con­tour­nables

Dans l’ombre des block­bus­ters poussent de nom­breux jeux vi­déo qui, plus pe­tits mais plus libres, osent po­ser de grandes ques­tions de so­cié­té.

01net - - SOMMAIRE -

Al’ins­tar du ci­né­ma, il existe dans le jeu vi­déo une scène in­dé­pen­dante. Conçus avec des équipes et des bud­gets ré­duits, les titres qui en sont is­sus ne dis­posent évi­dem­ment pas de la même vi­si­bi­li­té que les grosses pro­duc­tions sou­te­nues, elles, par de so­lides cam­pagnes pu­bli­ci­taires. Ils mé­ri­te­raient pour­tant plus d’at­ten­tion mé­dia­tique. Car, outre le fait d’ali­men­ter ré­gu­liè­re­ment en nou­veau­tés les ca­ta­logues, leurs créa­teurs s’au­to­risent à abor­der des thèmes de so­cié­té per­cu­tants. N’étant pas in­féo­dés aux géants de l’édi­tion, ils vont même par­fois jus­qu’à prendre po­si­tion. En somme, à nous in­ter­pel­ler di­rec­te­ment. This War of Mine: The Lit­tle Ones (201I) est l’un des plus po­pu­laires du genre. Ici, dans un dé­cor de guerre, pas d’en­ne­mis à tuer, mais des tré­sors d’ima­gi­na­tion à dé­ployer pour pro­té­ger le groupe de ci­vils dont vous avez la res­pon­sa­bi­li­té. Tous les coups sont per­mis, mar­chan­dage, pillage, vio­lence... pour se nour­rir et se soi­gner. Jus­qu’où va la mo­rale quand il est ques­tion de sur­vie ? A-t-on le droit au nom de celle-ci de mettre en pé­ril les autres ? Jeu su­blime et d’une âpre­té rare, il nous pose un cas de conscience. Même mé­ca­nique dans Pa­pers, Please. hon concep­teur, Lu­cas Pope, nous pousse à ré چ échir s`r les conséq`ences des choix d’`n gar­de­fron­tière s`r les in­di­vid`s dont il vé­ri­fie les pa­piers. Va-t-il le`r of­frir `n ave­nir ra­die`x o` les condam­ner à une vie d’er­rance ? Iro­nie de l’his­toire : le jeu a été pu­blié en 2013, au mo­ment où la crise des ré­fu­giés ap­pa­rais­sait dans le dé­bat pu­blic eu­ro­péen. DÉ­MO­CRA­TIE ET SEXISME La sur­veillance de masse, avec Or­well (2016) le bien nom­mé par exemple, et la place des femmes dans la so­cié­té sont d’autres thèmes par­ti­cu­liè­re­ment trai­tés. Be­hind Eve­ry Great One (2018), ima­gi­né par le stu­dio es­pa­gnol De­cons­truc­team, en­tend dé­non­cer la do­mi­na­tion mas­cu­line en ins­tal­lant le joueur (o` la jo`e`se) dans la pea` d’`ne mère a` foyer, afin de me­su­rer la charge men­tale qui in­combe au rôle de des­pe­rate hou­se­wife. hi cer­tains de ces titres se vendent à plu­sieurs cen­taines de mil­liers d’exem­plaires, voire à des mil­lions pour les plus ap­pré­ciés, c’est aus­si parce qu’ils re­viennent aux bases du jeu vi­déo : privilégier une in­trigue ori­gi­nale plu­tôt que cé­der à une dé­bauche d’ef­fets spé­cia`x po`r com­bler la vac`ité d’`n pro­pos. Dans une in­dus­trie tou­jours plus for­ma­tée, ce re­tour aux sources à de quoi ré­jouir.

Dans This War of Mine, il faut choi­sir son camp : la sur­vie coûte que coûte ou l’en­traide.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.