Les fi­celles

Le spé­cia­liste des ventes pri­vées, fi­liale des Ga­le­ries La­fayette, re­ven­dique de nom­breux avan­tages qui bien souvent n’en sont pas ; les uns étant im­po­sés par loi, les autres faisant l’ob­jet d’une sur­fac­tu­ra­tion. Re­vue de dé­tail.

01net - - SOMMAIRE -

Ba­zarC­hic a le chic pour taire ce qui fâche.

01 Al­lé­ga­tions dou­teuses

À en croire Ba­zarC­hic, les in­ter­nautes ayant « consul­té » le pro­duit que vous êtes en train de re­gar­der en au­raient « aus­si ache­té » un autre si­mi­laire. Ce dont on peut dou­ter, à moins d’avoir af­faire à des col­lec­tion­neurs. Une cer­ti­tude, en re­vanche, cette in­for­ma­tion est un bon pré­texte pour vous sou­mettre des ar­ticles de sub­sti­tu­tion, si vous n’étiez pas com­plè­te­ment sé­duit par votre sé­lec­tion. Un ar­ti­fice pour fer­rer l’ache­teur avant qu’il ne se vo­la­ti­lise.

02 Mo­no­com­mande, mul­ti­frais

Un pa­nier mul­ti­vente, voi­là de quoi ré­jouir les clients de la pre­mière heure ! Fi­ni le temps où il fal­lait ré­gler ses ar­ticles de marques dif­fé­rentes les uns après les autres. Dé­sor­mais, libre à vous d’en re­grou­per plu­sieurs au sein d’une même com­mande. Et ain­si de payer en une fois. Pour au­tant, n’es­pé­rez pas éco­no­mi­ser des frais de port, comme vous pour­riez vous y at­tendre. Les pro­duits de chaque vente vous se­ront envoyés dans un co­lis dis­tinct.

03 Le cré­dit, c’est pas gra­tuit !

Payer ses ca­deaux de Noël en trois ou quatre fois, c’est tout à fait pos­sible pour des achats à par­tir de 80 € ou 200 €. Cette offre de cré­dit, éta­blie par l’or­ga­nisme fi­nan­cier Oney Bank, se ré­vèle ce­pen­dant ré­ser­vée aux dé­ten­teurs d’une carte ban­caire Vi­sa ou Mas­ter­Card. Sur­tout, elle coûte quelques eu­ros sup­plé­men­taires. En ef­fet, son taux dé­passe 19 % ! Ré­sul­tat, une paire de boots à 95 €, ré­glée en trois fois, re­vient fi­na­le­ment à près de 102 €.

04 Une fausse fa­veur

Sa­tis­fait ou rem­bour­sé ! « Vous dis­po­sez de qua­torze jours pour nous re­tour­ner les ar­ticles qui ne vous conviennent pas », clame le cy­ber­com­mer­çant. Il n’y a pour­tant pas de quoi se van­ter. Ce spé­cia­liste des ventes pri­vées est bien pla­cé pour sa­voir qu’il s’agit là d’une obli­ga­tion lé­gale. Mais aus­si qu’elle com­porte des ex­cep­tions, no­tam­ment en ma­tière de voyages ache­tés en ligne. Il faut se plon­ger dans les condi­tions gé­né­rales de vente du site pour s’aper­ce­voir, de fait, que « les pro­duits pro­po­sés (...) peuvent être sou­mis à des condi­tions (...) dé­ro­ga­toires ». Les voyages jus­te­ment !

05 À la li­mite de l’ar­naque

Tou­jours la même his­toire. Si­tôt votre tran­sac­tion va­li­dée, un mes­sage vous in­forme de la pos­si­bi­li­té d’être rem­bour­sé d’une par­tie de vos em­plettes. In­té­res­sant ? Du tout ! Ce ca­sh­back est en fait as­su­jet­ti à un abon­ne­ment men­suel de 18 €. Un prix que l’au­teur de l’an­nonce, le por­tail Re­mi­se­se­tre­duc­tions.fr, se garde bien de vous in­di­quer d’em­blée. Beau­coup s’y sont lais­sé prendre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.