Le mes­sage de la mère sus­pec­tée d’infanticide

20 Minutes (Bordeaux) - - News - El­sa Pro­ven­za­no

Elle a lais­sé une lettre qui fait état « d’un ras-le-bol gé­né­ral ». La mère de fa­mille sus­pec­tée d’avoir tué ses trois en­fants, deux gar­çons âgés de 5 et 9 ans, et une fillette âgée de 8 ans, a écrit un mes­sage à son époux, qui a dé­cou­vert les corps mer­cre­di. Le par­quet a ce­pen­dant pré­ci­sé que moins de vingt-quatre heures après les faits qui ont eu lieu au do­mi­cile fa­mi­lial de Mé­ri­gnac dans le quar­tier de Che­min long, on ne pou­vait pas se conten­ter de cet écrit. D’autres in­ves­ti­ga­tions ont été lan­cées.

Un anes­thé­siant ad­mi­nis­tré

Les au­top­sies étaient pré­vues jeu­di, et des ana­lyses ana­to­mo­pa­tho­lo­giques et toxi­co­lo­giques sui­vront. La mère de fa­mille, une in­fir­mière âgée de 42 ans, a ten­té de mettre fin à ses jours après avoir ad­mi­nis­tré un puis­sant anes­thé­siant à ses en­fants. Elle était en­core hos­pi­ta­li­sée jeu­di, dans un état grave. « Ce n’est pas une fa­mille qui fai­sait l’ob­jet d’un sui­vi par­ti­cu­lier », a pré­ci­sé le par­quet de Bor­deaux. Alain An­zia­ni, maire de Mé­ri­gnac, a fait part de sa pro­fonde émo­tion, et s’est ren­du dans l’école où étaient sco­la­ri­sés les en­fants et dans la­quelle une cel­lule de sou­tien psy­cho­lo­gique a été ou­verte.

La femme est tou­jours hos­pi­ta­li­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.