Des villes planchent sur l’éga­li­té fille­gar­çon à la ré­cré

Des pro­jets voient le jour pour amé­lio­rer l’éga­li­té filles-gar­çons à l’école

20 Minutes (Bordeaux) - - LA UNE - El­sa Pro­ven­za­no

Dès l’école, les gar­çons mènent le jeu. Dans la plu­part des éta­blis­se­ments, l’es­pace cen­tral de la cour de ré­créa­tion est mo­no­po­li­sé par cer­tains gar­çons, qui jouent au foot, tan­dis que les filles (et d’autres gar­çons) se re­trouvent re­lé­gués dans les es­paces pé­ri­phé­riques. Com­ment or­ga­ni­ser une meilleure mixi­té à l’école pri­maire ? C’est la ques­tion à la­quelle plu­sieurs com­munes de la ré­gion Nou­velle Aqui­taine (lire l’en­ca­dré) es­sayent de ré­pondre, en s’ap­puyant no­tam­ment sur l’ex­per­tise de la so­cio­logue et géo­graphe Edith Ma­rue­jouls, char­gée de mis­sion à la Mé­tro­pole de Bor­deaux.

Des es­paces de ren­contre

« On sait qu’il faut va­rier les plai­sirs pour va­rier les pu­blics, le foot­ball c’est pres­crip­tif, ana­lyse Edith Ma­rue­jouls. Que le foot oc­cupe la par­tie cen­trale ren­voie aus­si au fait que ce qui fait va­leur, c’est l’ac­ti­vi­té des gar­çons ». Pour au­tant, elle ne pense pas qu’il faille for­cé­ment don­ner une fonc­tion à chaque es­pace de la cour : « Il faut aus­si leur lais­ser des es­paces dans les­quels ils vont dé­ci­der à quoi ils vont jouer. » Une oc­ca­sion d’échan­ger, de se ren­con­trer pour l’en­semble des élèves. « La mixi­té, ce n’est pas tout de suite de l’apai­se­ment, pré­vient-elle, ce peut être aus­si des conflits. Et elle peut être po­si­tive, même si elle est conflic­tuelle. » L’en­jeu, c’est de battre en brèche les sté­réo­types sexués qui isolent les en­fants les uns des autres, qui em­pêchent par exemple les gar­çons de jouer avec les filles au mo­tif que si­non, « ils sont des filles ». « En met­tant en place des ac­ti­vi­tés où l’on n’est pas ex­clu parce qu’on court moins vite ou qu’on est moins per­for­mant, pointe-t-elle, mais parce que la règle fait jeu, j’ai consta­té que la plu­part du temps, les en­fants sont su­per contents. » Beau­coup reste à faire pour que les choses évo­luent dans la cour de ré­cré, mais aus­si dans les can­tines et les salles de classe. Edith Ma­rue­jouls as­sure néan­moins que l’on se di­rige « vers un mo­dèle d’école plus éga­li­taire ».

Les gar­çons ac­ca­parent sou­vent le centre de la cour, en jouant au foot­ball.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.