Foot­ball

Ni­co­las de Ta­ver­nost a vé­cu « une aven­ture hu­maine et spor­tive ex­cep­tion­nelle »

20 Minutes (Bordeaux) - - LA UNE -

Voi­là, c’est fi­ni. Mar­di, Ni­co­las de Ta­ver­nost a re­fer­mé un cha­pitre de presque deux dé­cen­nies. Ce­lui de pro­prié­taire des Gi­ron­dins. Le pré­sident du di­rec­toire de M6 a cé­dé le club aux fonds d’in­ves­tis­se­ment amé­ri­cains, GACP et King Street. Un mo­ment émou­vant pour ce­lui qui n’a ja­mais ca­ché son amour pour les Ma­rine et Blanc.

Que res­sen­tez-vous au mo­ment de quit­ter le club ?

Ce n’est pas la pre­mière fois que M6 cède un de ses ac­tifs, et il y a tou­jours un peu d’émo­tion car, der­rière les en­tre­prises, il y a des hommes et des femmes, une his­toire, des sou­ve­nirs… Dans le cas des Gi­ron­dins, c’est un vrai pin­ce­ment au coeur, car nous avons vé­cu des mo­ments in­ou­bliables, une aven­ture hu­maine et spor­tive ex­cep­tion­nelle.

De quoi êtes-vous le plus fier ? Au-de­là des titres gla­nés, nous sommes sur­tout fiers d’avoir contri­bué à la pé­ren­ni­té du club avec de nom­breux in­ves­tis­se­ments : centre de for­ma­tion, le Mat­mut At­lan­tique, par­te­na­riats à l’étran­ger… De grands joueurs sont pas­sés par le club, mais l’autre réus­site est d’avoir mis en place une équipe ad­mi­nis­tra­tive et com­mer­ciale de grande qua­li­té.

Quel est votre meilleur sou­ve­nir ? C’est dif­fi­cile de choi­sir, il y en a beau­coup… Le sport a ceci de par­ti­cu­lier qu’il pro­cure des émo­tions fortes et col­lec­tives, qu’on est heu­reux de par­ta­ger avec les joueurs, le per­son­nel, le staff, les sup­por­ters. À cet égard, le titre de cham­pion en 2009 reste peut-être le plus beau sou­ve­nir.

Et le pire ?

Je garde tou­jours un très mau­vais sou­ve­nir de l’éli­mi­na­tion en quart de fi­nale de la Ligue des cham­pions en

2010 face à Lyon (3-1, 0-1).

Comment voyez-vous l’ave­nir des Gi­ron­dins de Bor­deaux ?

Le foot­ball en France se po­la­rise, avec des clubs dis­po­sant de moyens dé­me­su­rés par rap­port au reste du pe­lo­ton. Les re­pre­neurs ont un pro­jet pour in­ves­tir dans le club et ac­croître ses re­ve­nus. Il faut dé­sor­mais qu’ils l’ap­pliquent, et mon seul sou­hait est de les voir réus­sir.

Et le vôtre ?

Je conti­nue­rai à suivre le club et vien­drai au stade, en simple sup­por­ter. Puis, en tant que di­ri­geant d’un groupe mé­dia, je bas­cule vers la FFF [Fé­dé­ra­tion fran­çaise de foot­ball], puisque nous dif­fu­se­rons pen­dant les pro­chaines an­nées les matchs des équipes de France. Pro­pos re­cueillis

par Clé­ment Car­pen­tier

NDT sou­lève le der­nier trophée ga­gné par le club, la Coupe de France en 2013.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.