De « contes­ta­tion » à « in­sur­rec­tion », le mou­ve­ment des « gi­lets jaunes » est à un tour­nant

Le mou­ve­ment du­re­ra si le gou­ver­ne­ment ne re­cule pas, es­timent deux ex­perts

20 Minutes (Bordeaux) - - NEWS - Anis­sa Bou­me­diene

Sa­me­di, les «gi­lets jaunes» se sont une nou­velle fois mo­bi­li­sés un peu par­tout en France. Et, une nou­velle fois, cer­tains ras­sem­ble­ments ont com­plè­te­ment dé­gé­né­ré, prin­ci­pa­le­ment à Pa­ris, où « les vio­lences ont été d’une gra­vi­té sans pré­cé­dent », a sou­li­gné le pré­fet de po­lice Mi­chel Del­puech (lire l’en­ca­dré).

Un geste fort at­ten­du

Pour Al­liance Po­lice na­tio­nale, le doute n’est pas per­mis, le mou­ve­ment est «in­sur­rec­tion­nel», a dé­non­cé le syn­di­cat dans un com­mu­ni­qué. Le lea­der de LFI, Jean-Luc Mé­len­chon, lui, s’est fé­li­ci­té du fait que, «en France, l’in­sur­rec­tion ci­toyenne [fasse] trem­bler la ma­cro­nie et le monde du fric». Quant à Ben­ja­min Cau­chy, fon­da­teur des «gi­lets jaunes libres», il a es­ti­mé sur Fran­ceIn­fo que «l’on [était] à deux doigts de l’in­sur­rec­tion », es­pé­rant tou­te­fois «un dia­logue avec le gou­ver­ne­ment».

«On est dans une forme de jac­que­rie mo­derne, de tour­nant in­sur­rec­tion­nel», conforte Ro­main Pas­quier, di­rec­teur de re­cherche au CNRS et ti­tu­laire de la chaire «ter­ri­toires et mu­ta­tions de l’ac­tion pu­blique» de Sciences po Rennes. Pour Sté­phane Si­rot, his­to­rien spé­cia­liste des mou­ve­ments so­ciaux et du syn­di­ca­lisme, «il faut se mé­fier de ceux qui em­ploient le terme d’in­sur­rec­tion pour dé­cré­di­bi­li­ser le mou­ve­ment ou ser­vir leur cause po­li­tique. Ce qu’il y a d’in­sur­rec­tion­nel, en re­vanche, c’est l’idée du peuple qui se sou­lève en masse contre ceux qui le di­rigent.» A ses yeux, «on se croi­rait au temps des Etats gé­né­raux qui ont pré­cé­dé la Ré­vo­lu­tion fran­çaise. Em­ma­nuel Ma­cron se trans­forme en Louis XVI : il re­çoit les ca­hiers de do­léances du peuple, mais n’y com­prend rien, y reste her­mé­tique, il est in­ca­pable de faire preuve d’em­pa­thie.»

Mais alors, quel ave­nir pour le mou­ve­ment ? «Plus il dure, plus la sor­tie de crise se­ra com­pli­quée, que les “gi­lets jaunes” se struc­turent ou pas, es­time Sté­phane Si­rot. Ils ne lâ­che­ront pas tant que le gou­ver­ne­ment ne re­cu­le­ra pas et ne fe­ra pas un geste très si­gni­fi­ca­tif.» Ro­main Pas­quier conseille au pré­sident d’an­non­cer, par exemple, «un mo­ra­toire sur la hausse des prix de l’éner­gie d’au moins six mois », ain­si que le ré­clament l’op­po­si­tion et cer­tains «gi­lets jaunes». «Le pré­sident ne s’ex­pri­me­ra pas au­jourd’hui», a comme ré­pon­du di­manche l’Ely­sée à l’is­sue d’une réunion de crise.

Pa­ris, sa­me­di, 3e jour­née na­tio­nale de la mo­bi­li­sa­tion des « gi­lets jaunes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.