COP 24

Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable étu­dié dans une ma­ter­nelle

20 Minutes (Bordeaux) - - NEWS - Del­phine Ban­caud

Il n’y a pas d’âge pour être sou­cieux de pré­ser­ver la pla­nète. La preuve avec les élèves de l’école ma­ter­nelle de la Pointe-d’Ivry, à Pa­ris (13e), que 20 Mi­nutes a vi­si­tée à l’oc­ca­sion de la COP24 (jus­qu’au 14 dé­cembre en Po­logne). Mar­di, le di­rec­teur de l’établissement, Florent Au­bry, passe cher­cher en grande sec­tion un groupe de cinq en­fants. C’est l’heure de leur ini­tia­tion au dé­ve­lop­pe­ment du­rable. « Que fait-on à l’école pour pré­ser­ver l’en­vi­ron­ne­ment ? » in­ter­roge le di­rec­teur. « On jette les dé­chets », « on ar­rose les plantes », « on éteint la lu­mière », ré­pondent en choeur les élèves. « Et vous sa­vez pour­quoi je col­lecte les bou­chons de bou­teilles ? de­mande-t-il aux élèves cap­tifs. Je les donne à une as­so­cia­tion qui les fait fondre et qui re­cycle le plas­tique pour créer d’autres ob­jets. » Le di­rec­teur passe en re­vue dif­fé­rents bacs de re­cy­clage, en veillant tou­jours à in­ter­agir avec les en­fants. « Vous sa­vez pour­quoi il faut re­cy­cler les piles?» ques­tionne-t-il. «Parce que si­non, ça casse la pla­nète », s’ex­clame Char­ly. «Et si on pose la pile au pied d’un arbre, il va mou­rir », ren­ché­rit Clé­ment. « Il ne faut pas non plus je­ter les piles dans la pou­belle verte, car elles dé­gagent des gaz dan­ge­reux», ex­plique le di­rec­teur. L’in­té­rêt des élèves et leur ai­sance à ré­pondre montrent qu’ils sont dé­jà sen­sibles aux ques­tions éco­lo­giques. Pas éton­nant, puisque l’école est en­ga­gée de­puis quatre ans dans une dé­marche d’édu­ca­tion au dé­ve­lop­pe­ment du­rable. La ma­ter­nelle a ob­te­nu le la­bel E3D ni­veau 3, ain­si que le la­bel in­ter­na­tio­nal Eco-Ecole dans la thé­ma­tique «dé­chets» de­puis deux ans. Des re­con­nais­sances qui ont per­mis de faire connaître ces ini­tia­tives pé­da­go­giques en de­hors de l’école. En­traî­nant les en­fants dans le jar­din, Florent Au­bry ouvre de­vant eux un bac à com­post. Les en­fants se bouchent le nez. «Je n’aime pas les mouches », se plaint Sa­ra. « Vous voyez, il y a de la fu­mée car c’est une ré­ac­tion chi­mique qui montre que les choses se dé­com­posent, ex­plique-t-il aux élèves fas­ci­nés. A par­tir de fé­vrier, on uti­lise le com­post pour en­ri­chir nos jar­di­nières. »

Les élèves ont de quoi faire car, au­tour de la cour, il y a 100 m2 de plan­ta­tions di­verses. « On a même des to­mates ce­rises », montre Sa­ra. Au cours de l’an­née, les en­fants ont aus­si plan­té des bulbes de tu­lipes, ra­mas­sé des po­ti­mar­rons, cueilli du thym… Et ils ont par­ti­ci­pé au concours « dé­chets d’oeuvres» or­ga­ni­sé par le di­rec­teur, im­pli­quant cinq écoles du quar­tier. « Avec toutes ces ac­tions, nos élèves sont de­ve­nus des am­bas­sa­deurs de l’éco­lo­gie. Ce sont des pres­crip­teurs pour les pa­rents. »

« Si on pose la pile au pied d’un arbre, il va mou­rir.» Clé­ment, en grande sec­tion

A l’école de la Pointe-d’Ivry, à Pa­ris, les en­fants ap­prennent à trier les dé­chets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.