«Je me re­con­nais de moins en moins dans Les Ré­pu­bli­cains»

Alain Jup­pé est re­ve­nu mer­credi sur son dé­part des Ré­pu­bli­cains

20 Minutes (Bordeaux) - - ACTUALITÉ - M.B.

A l’oc­ca­sion de la pré­sen­ta­tion de ses voeux à la presse mer­credi à l’hô­tel de ville, Alain Jup­pé a évo­qué plu­sieurs thé­ma­tiques.

Sur les ma­ni­fes­ta­tions des « gi­lets jaunes » à Bor­deaux. « Il faut bien voir que dans les ma­ni­fes­tants qui sont à Bor­deaux, il y a une toute pe­tite mi­no­ri­té de Bor­de­lais, et une grande ma­jo­ri­té de per­sonnes ve­nues de l’ex­té­rieur, hors mé­tro­pole mais aus­si hors dé­par­te­ment. En­suite, se­lon un so­cio­logue, Bor­deaux paie­rait aus­si la ran­çon de sa réus­site : on se­rait trop gros, trop at­trac­tif, ce qui sus­cite beau­coup de ja­lou­sies, beau­coup de frus­tra­tions. Ce que j’en pense, c’est que c’est une ana­lyse qui n’est pas conforme à la réa­li­té et de toute fa­çon ne peut me­ner qu’à des af­fron­te­ments sté­riles. Je conti­nue­rai dans le dé­ve­lop­pe­ment de Bor­deaux, car c’est une chance et il ne faut pas la lâ­cher, et en­suite faire rayon­ner cette po­li­tique sur tous les ter­ri­toires. »

Sur le grand dé­bat na­tio­nal. Pour Alain Jup­pé, « nous ne pour­rons sor­tir de cette crise, grave et pro­fonde, que par le dia­logue. Mon équipe et moi-même avons bien l’in­ten­tion d’y par­ti­ci­per, de l’or­ga­ni­ser, de le fa­ci­li­ter. Nous avons dé­ci­dé d’ins­tal­ler dès cette se­maine dans les huit mai­ries de quar­tier de Bor­deaux, des ca­hiers de do­léances et d’es­pé­rance, pour y ex­pri­mer des re­ven­di­ca­tions, des in­sa­tis­fac­tions, des frus­tra­tions, j’es­père qu’on y trou­ve­ra aus­si des pro­po­si­tions. Et dans le cadre de la concer­ta­tion of­fi­cielle nous or­ga­ni­se­rons bien sûr les ren­contres né­ces­saires. »

Sur Les Ré­pu­bli­cains. « Je me re­con­nais de moins en moins dans cette fa­mille po­li­tique, à la­quelle je suis pour­tant très at­ta­ché, j’ai été un des tout pre­miers membres du RPR. C’est avec tris­tesse que je l’ai quit­té, mais il y a une dé­rive vers des thèses qui sont celles très proches de l’ex­trême droite, et une am­bi­guï­té sur l’Eu­rope…On as­siste à cette es­pèce de trans­fu­sion ré­gu­lière, et sur les thèmes de fond, il y a des mo­ments où je me de­mande qui j’en­tends à la ra­dio ? Un membre de LR ou du RN ? »

Sur les mu­ni­ci­pales de 2020. « Je reste exac­te­ment sur ma po­si­tion : ré­ponse au len­de­main des élec­tions eu­ro­péennes, en juin. »

Pour les mu­ni­ci­pales, « ré­ponse au len­de­main des Eu­ro­péennes »

Alain Jup­pé va ou­vrir des «ca­hiers de do­léances» dans les mai­ries.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.