La ville sort de sa ré­serve au nom du mou­ve­ment

La ca­pi­tale gi­ron­dine est le théâtre d’une forte mo­bi­li­sa­tion des « gi­lets jaunes »

20 Minutes (Bordeaux) - - GRAND BORDEAUX - El­sa Pro­ven­za­no

« Bien­tôt ce se­ront les Pa­ri­siens qui des­cen­dront ma­ni­fes­ter à Bor­deaux avec nous », s’amuse un par­ti­ci­pant bor­de­lais au dé­fi­lé des « gi­lets jaunes » du sa­me­di 5 jan­vier. La mo­bi­li­sa­tion, loin d’avoir fai­bli, s’était même am­pli­fiée par rap­port au week-end pré­cé­dent. Ré­pu­tée calme so­cia­le­ment, la ca­pi­tale gi­ron­dine n’en fi­nit pas de ras­sem­bler des cor­tèges im­po­sants. Com­ment ex­pli­quer qu’elle soit de­ve­nue, au fil du mou­ve­ment des « gi­lets jaunes », un centre né­vral­gique de la mo­bi­li­sa­tion ?

Chan­ge­ment de so­cio­lo­gie

Pour Jean Pe­taux, po­li­to­logue à Sciences Po Bor­deaux, les ma­ni­fes­tants, qui vien­draient prin­ci­pa­le­ment de l’ex­té­rieur de Bor­deaux et même de l’ex­té­rieur de la Mé­tro­pole, viennent « ex­pri­mer une im­pres­sion de dé­lais­se­ment et d’aban­don » dans la « mi­ni-ca­pi­tale » qu’est Bor­deaux. Laurent Cha­lard, doc­teur en géo­gra­phie

à la Sor­bonne, es­time que la « crise de crois­sance » de la ville gi­ron­dins, un chan­ge­ment tar­dif et ra­pide d’échelle, contri­bue­rait à ex­pli­quer que la crise so­ciale na­tio­nale prenne une co­lo­ra­tion par­ti­cu­liè­re­ment forte à Bor­deaux. De nom­breux nou­veaux ar­ri­vants ont dé­bar­qué dans l’el­do­ra­do bor­de­lais bou­le­ver­sant les pro­fils so­cio­lo­giques. L’ins­tal­la­tion de ces po­pu­la­tions plus ai­sées a en­traî­né une mon­tée des prix de l’im­mo­bi­lier et une mon­tée en gamme des com­merces. « Ceux qui ont connu le Bor­deaux d’avant le boom constatent ces chan­ge­ments sans en bé­né­fi­cier », pointe Laurent Cha­lard.

Le 5 jan­vier le cor­tège était four­ni.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.