Pe­ter Sa­gan réa­lise son rêve de gosse sur les pa­vés de Pa­ris-Rou­baix

Le cou­reur slo­vaque a rem­por­té le pre­mier Pa­ris-Rou­baix de sa car­rière, di­manche

20 Minutes (Lille) - - News - A Lille, Fran­çois Lau­nay

Il y a des signes qui ne trompent pas. Un grand cri mê­lé de sou­la­ge­ment et de joie, une fier­té évi­dente et des dé­cla­ra­tions d’amour en­flam­mées. Plu­tôt ha­bi­tué à prendre ses suc­cès à la ri­go­lade de­puis le dé­but de sa car­rière, Pe­ter Sa­gan a mon­tré un vi­sage dif­fé­rent en rem­por­tant di­manche le pre­mier Pa­ris-Rou­baix de sa car­rière. Comme si le cou­reur de 28 ans avait fen­du l’ar­mure en rem­por­tant en­fin la course dont il rê­vait quand il n’avait pas en­core l’âge de se ra­ser.

« Quand j’étais plus jeune, mon rêve était de ga­gner Pa­ris-Rou­baix avant tout, a lâ­ché le triple cham­pion du monde en titre, qu’on avait ra­re­ment vu aus­si ex­pan­sif après un suc­cès. C’est sans doute la plus grande vic­toire de toute ma car­rière. Mer­ci à l’équipe, mer­ci à mes co­équi­piers. C’est le pa­ra­dis. » Mal­gré trois maillots arc-en-ciel, mal­gré un Tour des Flandres, mal­gré des vic­toires d’étape dans des grands tours, Sa­gan vou­lait sur­tout gra­ver un jour son nom sur les pa­vés du Nord. Au­jourd’hui, c’est fait, et son pal­ma­rès prend en­core plus d’am­pleur, pour le plus grand bon­heur des fans de vé­lo. Chou­chou du pu­blic pour ses frasques, as­sez ap­pré­cié dans le pe­lo­ton, Pe­ter Sa­gan est l’une des stars du cyclisme d’au­jourd’hui.

Risque payant

Un sta­tut ac­quis grâce à un pa­nache qu’il a en­core mon­tré di­manche. En lâ­chant les fa­vo­ris dans un raid qui pa­rais­sait in­sen­sé à 55 km de l’ar­ri­vée, le Slo­vaque a pris un risque payant. « J’ai crié : “Il faut y al­ler main­te­nant”, et la route s’est ou­verte », ra­conte le cham­pion du monde, le pre­mier de­puis Ber­nard Hi­nault en 1981 à s’im­po­ser au vé­lo­drome avec le maillot arc-en­ciel. Une vic­toire pour l’éter­ni­té rem­por­tée au sprint de­vant le Suisse Sil­van Dillier, qui dé­crit le double vi­sage de son bour­reau du jour : « Pe­ter [Sa­gan] est un ange et un dé­mon. Il était plu­tôt un ange quand on a col­la­bo­ré dans l’échap­pée, il était un dé­mon dans le sprint. C’était im­pos­sible de le battre. » Et pour cause, Sa­gan vou­lait tel­le­ment cette vic­toire. La rock star du vé­lo peut re­par­tir en tour­née sans pres­sion. Il a réus­si le concert par­fait. ■

« C’est sans doute ma plus grande vic­toire », a lâ­ché le cham­pion du monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.