Faut-il dé­bap­ti­ser les rues Faid­herbe ?

20 Minutes (Lille) - - GRAND LILLE - Mi­kaël Li­bert

Mais qui était donc Louis Faid­herbe ? A Lille, comme dans plu­sieurs autres villes de France, une rue très fré­quen­tée porte le nom de cet an­cien mi­li­taire et une sta­tue à son ef­fi­gie trône place Ri­che­bé, mais on n’y lit au­cune ex­pli­ca­tion sur la vie de cette fi­gure du co­lo­nia­lisme.

Cette igno­rance col­lec­tive pose pro­blème à Tho­mas Del­tombe, l’un des co­or­do­na­teurs de la cam­pagne in­ti­tu­lée « Faid­herbe doit tom­ber ». Elle a com­men­cé, mar­di soir, par un dé­bat à la Mai­son ré­gio­nale de l’en­vi­ron­ne­ment et des so­li­da­ri­tés de Lille. « Comment se fait-il que l’on cé­lèbre quel­qu’un dont on ne sait rien ? », s’étonne cet an­cien jour­na­liste et édi­teur qui planche sur la ques­tion du co­lo­nia­lisme de­puis une quin­zaine d’an­nées.

Pour plu­sieurs col­lec­tifs et as­so­cia­tions lil­loises, le bi­cen­te­naire de la nais­sance du gé­né­ral Louis Faid­herbe est l’oc­ca­sion d’ou­vrir le dé­bat sur ce per­son­nage. « Au Sé­né­gal, dont il a été ad­mi­nis­tra­teur de la co­lo­nie, il a par­ti­ci­pé lui-même a des mas­sacres, pour­suit Tho­mas Del­tombe. On pour­rait dé­bap­ti­ser le ly­cée ou les rues Faid­herbe et leur don­ner des noms de fi­gures de l’an­ti-co­lo­nia­lisme. Pour les sta­tues, on pour­rait ren­ver­ser le sym­bole et mettre à l’hon­neur des ré­sis­tants sé­né­ga­lais. » Parce que des rues qui changent de nom, ça ar­rive. Pas plus tard qu’en dé­cembre, par exemple, la rue de Pa­ris est de­ve­nue la rue Pierre-Mau­roy. « Il faut qu’il y ait une vo­lon­té po­li­tique mais le cas de Faid­herbe est une ques­tion qui gêne », re­grette Tho­mas Del­tombe. Di­verses ma­ni­fes­ta­tions sont, par ailleurs, pré­vues jus­qu’à la date an­ni­ver­saire de la nais­sance de Louis Faid­herbe. C’était à Lille, le 3 juin 1818.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.