Le mau­vais kar­ma du Losc dans le sprint fi­nal

Te­nu en échec sa­me­di par Guingamp (2-2), après avoir me­né de deux buts jus­qu’à la 90e mi­nute, le Losc a un mau­vais kar­ma

20 Minutes (Lille) - - LA UNE - Fran­çois Lau­nay

À croire que c’est écrit. Si le Losc es­père en­core sau­ver sa peau en L1, les signes en­cou­ra­geants sont de moins en moins nom­breux. Le der­nier en date n’a pas fi­ni de faire par­ler. Alors qu’il me­nait 2-0 à la 90e mi­nute de jeu, sa­me­di contre Guingamp, le club nor­diste a trou­vé le moyen de se faire re­joindre dans le temps ad­di­tion­nel (2-2). Un coup dur alors que le club s’ap­prê­tait à quit­ter sa dix-hui­tième place. Au lieu de ça, Lille, tou­jours dans la zone rouge, a plu­tôt l’air d’avoir un des­tin de re­lé­gable.

Un men­tal en car­ton.

Re­joint au score sa­me­di en fin de match par Guingamp (2-2), Lille a en­core connu un scé­na­rio trop fré­quent cette sai­son. « Je pense qu’on a eu peur, re­con­naît Ch­ris­tophe Gal­tier. C’est la si­tua­tion de l’équipe qui fait qu’à par­tir du mo­ment où on n’a qu’un but d’écart, on prend peur sur les der­nières mi­nutes. » Car les ul­times mo­ments d’une ren­contre sont sou­vent fa­tals aux Lil­lois. Que ce soit à Guingamp à l’al­ler (1-0), contre Troyes (2-2), contre An­gers (1-2) ou en­core face à Rennes (1-2), le Losc a trop sou­vent l’ha­bi­tude de se faire re­joindre ou dé­pas­ser en fin de match.

Un groupe qui ne vit pas bien.

Inex­pé­ri­men­té, sans vé­ri­table pa­tron, l’ef­fec­tif lil­lois est di­vi­sé de l’in­té­rieur. Plu­sieurs clans existent dans un ves­tiaire où tout le monde ne tire pas dans le même sens, comme l’a re­con­nu ré­cem­ment Yas­sine Ben­zia dans une in­ter­view ac­cor­dée à

L’Equipe. « On ne va pas se men­tir : tout le monde n’est pas im­pli­qué. Il y a sû­re­ment des joueurs qui pensent un peu plus à leur fu­tur ou à leur en­vie per­son­nelle », a re­con­nu l’at­ta­quant

du Losc.

Des cou­lisses trop agi­tées.

Une bar­rière qui s’ef­fondre à Amiens en sep­tembre, une in­ter­dic­tion de re­cru­te­ment en dé­cembre, un en­va­his­se­ment de ter­rain en mars, un match à huis clos en avril… Au Losc, cette sai­son, à chaque mois suf­fit sa peine. Der­nier épi­sode en date : le coup de gueule des DVE, prin­ci­pal groupe de sup­por­ters lil­lois, qui n’ont pas ap­pré­cié que leurs propres di­ri­geants les dé­noncent à la jus­tice. Le fos­sé est dé­sor­mais im­mense entre les deux par­ties et sa­me­di, contre Guingamp, il n’y a pas eu d’en­cou­ra­ge­ments. Plus lar­ge­ment, un im­mense doute sub­siste au­tour de l’état des fi­nances d’un Losc plus en­det­té que ja­mais. De quoi être très in­quiet pour l’ave­nir.

Yas­sine Ben­zia et les Lil­lois n’en re­viennent pas d’avoir concé­dé un nul.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.