Bol­so­na­ro ne semble guère se sou­cier de l’éco­lo­gie

Le pro­gramme en­vi­ron­ne­men­tal de Jair Bol­so­na­ro, plus pré­ci­sé­ment le vo­let ama­zo­nien, in­quiète les éco­lo­gistes du pays

20 Minutes (Lille) - - LA UNE - Fa­brice Pou­li­quen

Pas si sou­la­gées que ce­la, les as­so­cia­tions en­vi­ron­ne­men­tales bré­si­liennes. Car, si Jair Bol­so­na­ro, avant même son in­ves­ti­ture à la tête de l’Etat, en jan­vier, est dé­jà re­ve­nu sur cer­taines des pro­messes en­vi­ron­ne­men­tales de sa cam­pagne (comme la dis­pa­ri­tion du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment ou le re­trait de l’Ac­cord de Pa­ris sur le cli­mat), son pro­gramme reste préoc­cu­pant. En par­ti­cu­lier pour l’Ama­zo­nie, cet im­mense ré­ser­voir de bio­di­ver­si­té de 6 mil­lions de km², dont 63 % se trouvent au Bré­sil. Bol­so­na­ro can­di­dat a pro­mis que, lui élu, «il n’y au­ra[it] pas un cen­ti­mètre sup­plé­men­taire de terres in­di­gènes» et que celles dé­jà re­con­nues – en­vi­ron 13% du ter­ri­toire bré­si­lien, vé­ri­table rem­part contre la dé­fo­res­ta­tion – se­raient ou­vertes à l’ex­ploi­ta­tion mi­nière et à d’autres ac­ti­vi­tés éco­no­miques. Pour Ar­melle En­ders, his­to­rienne à l’Ins­ti­tut d’his­toire du temps pré­sent, « la co­lo­ni­sa­tion de l’Ama­zo­nie qu’il veut re­lan­cer au­jourd’hui était l’un de ces grands pro­jets mi­li­taires por­tés par la dic­ta­ture [1964-1985]». Même chose pour la BR-319, une au­to­route désaf­fec­tée de 890 km qui re­lie Ma­naus à Por­to Vel­ho, au coeur de l’Ama­zo­nie. L’équipe de Jair Bol­so­na­ro a pro­mis sa ré­ou­ver­ture et sa ré­no­va­tion, au grand dam des as­so­cia­tions en­vi­ron­ne­men­tales qui craignent la dé­fo­res­ta­tion des zones alen­tour, via no­tam­ment la construc­tion de routes se­con­daires.

Des ac­cords de fa­çade ?

Quelle part de son pro­gramme le nou­veau pré­sident bré­si­lien se­ra-t-il en me­sure d’ap­pli­quer ? « Bol­so­na­ro donne l’im­pres­sion d’avoir très peu de connais­sances sur les su­jets en­vi­ron­ne­men­taux, d’où les nom­breuses contra­dic­tions dans ses pro­pos à me­sure qu’il dé­couvre les dos­siers, ob­serve Alexandre Mül­ler, agroé­co­no­miste fran­co-bré­si­lien ayant tra­vaillé en Ama­zo­nie. Ce se­rait en par­tie les par­ti­sans de l’agro­bu­si­ness qui lui au­raient conseillé de re­non­cer à la fu­sion des mi­nis­tères de l’En­vi­ron­ne­ment et de l’Agri­cul­ture, de crainte que les pro­duits bré­si­liens soient mis au ban de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale.» Alexandre Mül­ler et Ar­melle En­ders in­vitent tou­te­fois à ne pas se faire d’illu­sions. Sous le man­dat de Bol­so­na­ro, l’Etat fé­dé­ral bré­si­lien pour­rait être beau­coup plus laxiste dans la lutte contre la dé­fo­res­ta­tion. « On peut s’at­tendre à ce qu’il res­pecte en fa­çade les ac­cords in­ter­na­tio­naux, mais que, dans la pra­tique, il ne fasse rien pour les ap­pli­quer ni pour sanc­tion­ner les fraudes, ex­plique Ar­melle En­ders. Le Bré­sil a dé­jà eu re­cours à ce pro­cé­dé dans son his­toire, sur le tra­fic né­grier no­tam­ment. Le pays l’avait of­fi­ciel­le­ment abo­li en 1850, pour se mettre au dia­pa­son de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale. Mais, en réa­li­té, il a fonc­tion­né de longues an­nées en­core de fa­çon clan­des­tine et avec la com­plai­sance du gou­ver­ne­ment.»

Le Bré­sil abrite 63 % du ré­ser­voir de bio­di­ver­si­té qu’est l’Ama­zo­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.