Cham­piiiiiiiiiiiions du mooooooche !

20 Minutes (Lille) - - DIX NEWS - Alexis Or­si­ni 20 Mi­nutes lutte contre les fake news. Un doute ? Ecri­vez à contri­bu­[email protected]­nutes.fr

De sa­crés ZZZI­gau­tos. Cinq places pour seule­ment deux manches et une mul­ti­tude de cou­leurs. Les nou­veaux dé­ten­teurs du titre de « cham­pion du monde » dans la ca­té­go­rie « groupes » ont réus­si l’ex­ploit de te­nir tous dans un seul pull moche. Leur tri­cot « made in Tarn » a été ré­com­pen­sé lors du dé­sor­mais cé­lèbre concours d’Al­bi.

Les ZZZI­gau­tos, cinq potes « tou­jours à la re­cherche d’ori­gi­na­li­té », n’ont pas eu be­soin de faire des mil­liers de ki­lo­mètres pour être cou­ron­nés. Ori­gi­naires de Gaillac, à 25 km de la ca­pi­tale tar­naise, ils l’ont em­por­té face à de su­per-tri­co­teuses et à des groupes plus dé­jan­tés les uns que les autres. Ain­si, près de 300 per­sonnes ont fait le dé­pla­ce­ment pour concou­rir soit en so­lo, soit en duo, soit en groupe à ce grand ren­dez-vous du kitsch. Les dé­ten­teurs du titre en mode duo, sont les bien nom­més Tou­tounes, grâce à leur tri­cot deux places très Noël. A Tou­louse, Béa­trice Co­lin

2 Die­go Ma­ra­do­na se perd après une fi­nale per­due

Au soir d’une dé­faite, la pa­role du Pibe de Oro n’est pas tou­jours d’or. La preuve, di­manche, lorsque son équipe des Do­ra­dos de Si­na­loa, dont il est l’en­traî­neur, a lais­sé fi­ler le titre de cham­pion du tour­noi d’ou­ver­ture de la deuxième di­vi­sion mexi­caine. A la sor­tie du ter­rain, le lé­gen­daire n°10 ar­gen­tin a cra­qué. Alors que les sup­por­ters ad­verses lui lan­çaient des piques à la sor­tie du stade, l’ex­sé­lec­tion­neur de l’Al­bi­ce­leste n’a pu s’em­pê­cher de ré­pli­quer, avec des ex­pres­sions des plus fleu­ries (« fils de pute », « la chatte à ta mère »…) et quelques gestes pas très jo­jos.

3 La po­lice ga­lère à ar­rê­ter une Tes­la au­to­nome

Tes­la vs po­lice, le duel s’an­non­çait re­le­vé. Ven­dre­di soir, la po­lice amé­ri­caine a pris en chasse une Tes­la Mo­del S, dont le conduc­teur al­coo­li­sé s’était en­dor­mi au vo­lant, rap­porte le San Fran­cis­co Ch­ro­nicle. C’est le sys­tème de conduite au­to­ma­tique qui au­rait contrô­lé la vi­tesse et la tra­jec­toire du vé­hi­cule. Les po­li­ciers ont réus­si à stop­per la voi­ture après sept mi­nutes et... 11 km de pour­suite. Le chauf­feur, lui, a été in­ter­pel­lé.

4 Ju­lie An­drews évite « Ma­ry Pop­pins »

Le pro­chain « Ma­ry Pop­pins » se fe­ra sans sa pre­mière in­ter­prète au ci­né­ma. Le réa­li­sa­teur du Re­tour de Ma­ry Pop­pins, Rob Mar­shall, a as­su­ré à Va­rie­ty que Ju­lie An­drews avait « ré­pon­du non im­mé­dia­te­ment » pour une ap­pa­ri­tion. « Elle a dit, “c’est le show d’Emi­ly [Blunt] et je veux que ce soit son mo­ment, pour­suit-il. C’est à elle, je ne veux pas m’ajou­ter à ce­la” ».

5 Et la cham­pionne ne reste pas cham­pionne !

Coup de ton­nerre dans l’uni­vers des jeux té­lé. Après 213 vic­toires dans « Tout le monde veut prendre sa place », ani­mée par Na­gui sur France 2, Ma­rie-Ch­ris­tine a dû cé­der son fau­teuil à Pierre-Etienne. Après plus de huit mois de par­ti­ci­pa­tion, la can­di­date a ti­ré sa ré­vé­rence avec, no­tam­ment, un chèque de 196 900 €.

6 Des pères Noël ve­nus par mil­liers à Tu­rin

Ils sont des­cen­dus du ciel pour la bonne cause. Di­manche à Tu­rin, 20 000 pères Noël se sont ras­sem­blés dans un hô­pi­tal pour en­fants afin de re­cueillir des fonds. Faute de traî­neaux, des femmes et des hommes, vê­tus de rouge, sont ar­ri­vés sur les lieux à scoo­ter et à vé­lo. Cer­tains avaient même cus­to­mi­sé leur deux­roues en renne pour l’oc­ca­sion.

7 Il hacke des im­pri­mantes pour sou­te­nir PewDiePie

Un fan a pi­ra­té 50 000 im­pri­mantes au Ca­na­da et aux Etats-Unis pour ai­der PewDiePie à ga­gner des abon­nés, re­laie The Verge. La su­pré­ma­tie de la chaîne hu­mo­ris­tique du you­tu­beur sué­dois, sui­vie par près de 72 mil­lions de per­sonnes, est me­na­cée par la pla­te­forme in­dienne T-Se­ries. PewDiePie avait ré­cem­ment pas­sé un ap­pel à ses fans afin de l’ai­der à res­ter n°1.

8 Le pré­sident du Ni­ge­ria l’as­sure, il n’est pas mort

Des ru­meurs ont cou­ru sur son dé­cès. L’une d’elles avan­çait même que Mu­ham­ma­du Bu­ha­ri, 76 ans, avait été rem­pla­cé par un so­sie. « C’est le vrai moi, je vous as­sure, a dé­cla­ré le pré­sident ni­gé­rian, en marge de la COP 24. Beau­coup de gens es­pé­raient que je sois mort à cause de mes pro­blèmes de san­té. »

9 Nos in­ter­nautes ont du ta­lent 10 Deux « gi­lets jaunes » ni sa­la­rié d’En marche ni jour­na­liste

Ja­son Her­bert et Clé­ment Jo­mie ont connu une vi­si­bi­li­té mé­dia­tique avec les « gi­lets jaunes ». Le pre­mier a été l’un des porte-pa­role dé­si­gné du mou­ve­ment, le se­cond par­ti­ci­pé à une ac­tion, porte Maillot. Cette no­to­rié­té s’ac­com­pagne de soup­çons. « Ce se­rait la moindre des choses de pré­ci­ser que Ja­son Her­bert le pseu­do #gi­let­jaune qui crache dans la soupe est non seule­ment jour­na­liste mais membre à la fois de la CGT et de la CFDT », af­fir­mait un tweet aux plus de 600 re­prises. Quant à Clé­ment Jo­mie, il est « ac­cu­sé », sur la foi d’un pro­fil Fa­ce­book à son nom, de « tra­vailler pour La Ré­pu­blique en marche [LREM] ». Au­tant d’af­fir­ma­tions qui mêlent le vrai et le faux. « J’ai bien été jour­na­liste pour la Cha­rente libre, mais je ne le suis plus », as­sure Ja­son Her­bert qui re­con­naît « [avoir] en­core un man­dat au sein du Conseil na­tio­nal de la CFDT Jour­na­listes », une ac­ti­vi­té qu’il « exerce sur [son] temps libre ». « Or­ga­ni­sa­teur [des] gi­lets jaunes porte Maillot », « gi­let jaune » : c’est sous ces at­tri­buts qu’était pré­sen­té Clé­ment Jo­mie lors de deux in­ter­ven­tions té­lé­vi­sées. « Il est adhé­rent mais ne tra­vaille pas pour nous et [nous ne connais­sons pas] son ni­veau de mi­li­tan­tisme », a af­fir­mé LREM.

Les ZZZI­gau­tos, unis dans un seul et même pull, ren­contrent un jo­li suc­cès.

Les pre­mières neiges à Vals (Suisse).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.