Une pé­ti­tion pour un me­nu vé­gé­ta­lien au quo­ti­dien

Ali­men­ta­tion Une as­so an­ti­spé­ciste veut un me­nu vé­gé­ta­lien quo­ti­dien dans tous les res­tos uni­ver­si­taires

20 Minutes (Lille) - - LA UNE - Mi­kaël Li­bert

Un peu de lé­gumes dans ce monde de car­ni­vores. Mer­cre­di, l’as­so­cia­tion an­ti­spé­ciste Sen­tience a lan­cé une cam­pagne de pé­ti­tion au­tour des res­tau­rants uni­ver­si­taires de la mé­tro­pole lil­loise. Le but est de per­mettre aux vé­gé­ta­liens de trou­ver leur bon­heur dans l’offre pro­po­sée. Si le Crous n’est pas fer­mé à l’idée, la mise en oeuvre n’est pas si simple. Pour Aman­dine, porte-pa­role de Sen­tience, il n’est pas ques­tion de de­man­der la lune : « Nous sou­hai­tons juste un me­nu vé­gé­ta­lien quo­ti­dien, res­pec­tueux des ani­maux, pour ga­ran­tir l’éga­li­té d’ac­cès et le plai­sir gus­ta­tif à tous les étu­diants qui fré­quentent les res­tau­rants uni­ver­si­taires », ex­plique-t-elle. Et se­lon les an­ti­spé­cistes, il ne s’agit nul­le­ment de pro­sé­ly­tisme : « Il y a une vé­ri­table de­mande. Beau­coup de jeunes se sou­cient du bien être ani­mal et veulent man­ger moins de viande », as­sure la porte-pa­role. Sen­tience re­con­naît qu’on ne part pas de zé­ro à Lille : « Il y a le res­tau­rant Pa­ri­selle qui pro­pose un me­nu vé­gé­ta­lien. Ailleurs, c’est moins ré­gu­lier et c’est soit vé­gé­ta­lien, soit vé­gé­ta­rien », as­sure Aman­dine.

« Ça fait dé­jà quelques an­nées que l’on s’est ren­du compte que les étu­diants pre­naient moins de viande. C’est pour ce­la qu’on a lan­cé le me­nu vé­gé­ta­lien au Pa­ri­selle, en 2016 », af­firme Phi­lippe Ra­do­miak, co­or­don­na­teur tech­nique de la res­tau­ra­tion au Crous. Pour sa part, il ex­plique que de­puis un an, les res­tos U pro­posent ef­fec­ti­ve­ment des plats soit vé­gé­ta­liens, soit vé­gé­ta­riens. Un jour sur deux pour ces der­niers.

« Ce n’est pas simple de trou­ver les pro­duits né­ces­saires, pour­suit-il, no­tam­ment car les ap­pro­vi­sion­ne­ments sont gé­rés au ni­veau na­tio­nal. » Pour au­tant, il y a une ou­ver­ture : « Le vé­gé­ta­lien convient à tout le monde et ce n’est pas qu’une mode. Ça et les pro­duits lo­caux sont des offres qui peuvent s’ins­crire dans le temps et nous y sommes ou­verts », as­sure Phi­lippe Ra­do­miak.

Un exemple de plat vé­gé­ta­lien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.