Les cirques avec ani­maux sau­vages in­ter­dits

Con­seil mu­ni­ci­pal Lille est l’une des rares grandes villes de France à avoir pris po­si­tion

20 Minutes (Lille) - - LA UNE - Mikaël Li­bert

Jeu­di, le con­seil mu­ni­ci­pal de Lille a fait un voeu. Ce­lui de ne plus ac­cueillir sur son ter­ri­toire les cirques ex­hi­bant des ani­maux sau­vages. C’est le groupe Eu­rope Eco­lo­gie-Les Verts (EELV) qui est à l’ori­gine de cette pro­po­si­tion, adop­tée à l’unanimité par le con­seil. Les villes de Stras­bourg et Mont­pel­lier ont dé­jà adop­té des textes équi­va­lents. Le texte de base, sou­te­nu par l’éco­lo­giste Vin­ciane Fa­ber, a été lar­ge­ment re­vu et cor­ri­gé.

Mieux que rien

Il était no­tam­ment de­man­dé que la ville «se dé­clare en fa­veur de l’in­ter­dic­tion de la cap­ti­vi­té et de l’ex­ploi­ta­tion des ani­maux sau­vages dans les cirques et autres spec­tacles iti­né­rants». Ce­la s’est trans­for­mé en «re­trait pro­gres­sif des ani­maux sau­vages dans les cirques ». Pour Vin­ciane Fa­ber, c’est mieux que rien : « C’est un voeu, parce qu’en l’état de la législatio­n, il est dif­fi­cile d’in­ter­dire

à un cirque de se pro­duire avec des ani­maux sau­vages. Les villes qui ont pris des ar­rê­tés se sont fait re­to­quer par la jus­tice.»

Mais le mes­sage est pas­sé, Lille ne veut plus de cirques avec des ani­maux sau­vages. «On sa­lue le geste, c’est une avan­cée qui par­ti­cipe au mou­ve­ment. Les villes qui prennent po­si­tion ont un rôle à jouer afin qu’une loi soit vo­tée en ce sens », es­père Aman­dine San­vi­sens, co fon­da­trice de l’as­so­cia­tion Paris ani­maux zoo­po­lis. Chez Alexis Gruss, le der­nier ani­mal sau­vage était un élé­phant, par­ti en re­traite en 2014. «On se fo­ca­lise sur notre sa­voir-faire équestre en créant de grands spec­tacles. Il faut évo­luer », sou­ligne Fir­min Gruss, le di­rec­teur tech­nique.

Au­cune loi n’existe en ce sens en France. Ici à Lille, lors d’une manif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.