Le masque ne cache pas la co­lère des cy­clistes

Co­ro­na­vi­rus Des as­so­cia­tions de­mandent au pré­fet de re­ti­rer l’obli­ga­tion

20 Minutes (Lille) - - GRAND LILLE -

Cer­tains le portent, d’autres le gardent sous le men­ton, il y en a même qui re­fusent de le mettre. A Lille, les cy­clistes sont nom­breux à fus­ti­ger le port du masque à vé­lo. Obli­ga­toire de­puis le 3 août dans la ca­pi­tale des Flandres pour les pié­tons mais aus­si pour les cou­reurs et les cy­clistes, la dé­ci­sion pré­fec­to­rale ne passe pas. « L’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS) nous dit que por­ter un masque lors d’une ac­ti­vi­té phy­sique est dan­ge­reux. Elle pré­co­nise même le vé­lo comme geste bar­rière car le cy­cliste garde na­tu­rel­le­ment ses dis­tances avec les autres », as­sure Yan­nick Paillard, pré­sident lillois de l’as­so­cia­tion Droit Au Vé­lo (Adav), qui a en­voyé une lettre ou­verte au pré­fet du Nord en ré­cla­mant le re­trait de la me­sure. « L’in­ter­dic­tion concerne la voie pu­blique, sans dis­tinc­tion des usa­gers entre eux qui nui­rait à la li­si­bi­li­té de la me­sure », jus­ti­fie la pré­fec­ture. A pied, en cou­rant ou à vé­lo, tout le monde porte le masque, un point c’est tout. « Il y a une in­co­hé­rence de dire que tous les modes de dé­pla­ce­ment sont concer­nés. Car la voi­ture n’est pas concer­née, sous pré­texte que c’est un do­maine pri­vé. Donc, si on ouvre sa fe­nêtre en ville à cô­té des pié­tons, le vi­rus ne cir­cu­le­ra pas car il sau­ra que c’est un do­maine pri­vé ? », iro­nise Yan­nick Paillard. « On est en train de dé­cou­ra­ger le vé­lo au mo­ment où il fau­drait faire l’in­verse. Si les gens ne veulent pas se re­por­ter sur les trans­ports en com­mun au risque d’être en­tas­sés, ils re­pren­dront leur voi­ture. C’est to­ta­le­ment contre-pro­duc­tif. »

Un re­cours au Con­seil d’Etat ?

Dans d’autres grandes villes concernées par la me­sure, les as­so­cia­tions d’usa­gers sont mon­tées au cré­neau. « Si ça ne bouge pas, on ira jus­qu’au Con­seil d’Etat comme on l’avait fait pen­dant le confi­ne­ment », me­nace Yan­nick Paillard. Alors que l’ac­ti­vi­té phy­sique à vé­lo était in­ter­dite même une heure par jour pen­dant le confi­ne­ment, la fé­dé­ra­tion des usa­gers à bi­cy­clette avait sai­si le Con­seil d’Etat et ob­te­nu le re­trait de la me­sure le 30 avril. Fran­çois Lau­nay

Le port du masque est obli­ga­toire sur le ter­ri­toire de la mé­tro­pole.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.