Le smart­phone, «ou­til né­ces­saire» pour in­for­mer les jeunes

Co­vid-19 L’in­fec­tio­logue Ben­ja­min Da­vi­do es­time le re­cours au smart­phone es­sen­tiel face à l’épi­dé­mie

20 Minutes (Lille) - - LA UNE - Pro­pos recueillis par Anis­sa Bou­me­diene

Pour­quoi le gou­ver­ne­ment ne par­vient-il pas à frei­ner la pro­pa­ga­tion du Co­vid-19 ? Alors que les conta­mi­na­tions sont en forte hausse chez les jeunes, com­ment cap­ter, dé­pis­ter et iso­ler les asymp­to­ma­tiques? Elé­ments de ré­ponse avec Ben­ja­min Da­vi­do, in­fec­tio­logue à l’hô­pi­tal Ray­mond-Poin­ca­ré de Garches (Hauts-de-Seine).

Com­ment ex­pli­quer que l’épi­dé­mie conti­nue à pro­gres­ser mal­gré les me­sures res­tric­tives prises dans les zones d’alerte maxi­male ?

Faute de mieux, le gou­ver­ne­ment prend des me­sures coer­ci­tives, comme la fer­me­ture des bars ou des salles de sport. Il s’agit de di­mi­nuer les conta­mi­na­tions par l’in­ter­mé­diaire des asymp­to­ma­tiques. Mais je ne pense pas qu’il faille fer­mer tous les lieux pu­blics fré­quen­tés par les jeunes, au risque qu’ils se re­portent sur des soi­rées dans des lieux pri­vés. Jus­qu’à pré­sent, on n’a pas fait pas­ser le bon mes­sage. Au­jourd’hui, il y a trois fois plus de conta­mi­na­tions chez les jeunes que dans les autres tranches d’âge. Pro­ba­ble­ment parce qu’il n’y a pas eu de me­sures de pé­da­go­gie.

Com­ment chan­ger la donne ?

Pour sor­tir d’une épi­dé­mie qui dure, il faut désa­mor­cer l’an­goisse et sor­tir de la coer­ci­tion. Car on est dans une sorte de se­mi-confi­ne­ment qui ne dit pas son nom, qui est contra­dic­toire avec le mes­sage se­lon le­quel nous de­vons ap­prendre à vivre du­ra­ble­ment avec le co­ro­na­vi­rus. Nous de­vons être ca­pables de rendre vi­sible ce que l’on ne sait pas voir au­jourd’hui : les jeunes asymp­to­ma­tiques, qui sont aus­si conta­gieux que ceux qui ont des symp­tômes. Il faut faire de la pré­ven­tion au­près d’eux, mieux adap­ter les ou­tils et le mes­sage. A mon sens, ce­la ne peut pas­ser que par les smart­phones : 99 % des moins de 25 ans en ont un. Se pri­ver de cet ou­til nu­mé­rique est une fo­lie.

Quelle se­rait la mé­thode de com­mu­ni­ca­tion pour faire pas­ser un mes­sage de pré­ven­tion ef­fi­cace ?

Les gens ont pris la me­sure de l’épi­dé­mie. La preuve, ils portent le masque. Ce qui nous manque, c’est un star­ter ras­su­rant. Si on par­vient à rendre « lu­dique » le fait d’être po­si­tif asymp­to­ma­tique en créant des ap­plis, en mon­tant des dé­fis sur les ré­seaux, quelque chose d’in­ci­ta­tif qui va­lo­rise le fait qu’une per­sonne po­ten­tiel­le­ment conta­mi­née s’isole et convainque ses cas contact de se faire dé­pis­ter, on se­rait dans une dy­na­mique com­plè­te­ment dif­fé­rente.

Les moins âgés dé­ve­loppent plus sou­vent des formes asymp­to­ma­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.