20 Minutes (Lille)

Pour­quoi la pa­role se li­bère peu à peu sur l’in­ceste ?

Ca­mille Kouch­ner ré­vèle dans un livre les vio­lences qui au­raient été com­mises sur son ju­meau

- Delphine Ban­caud * Ser­vice-pu­blic.fr/cmi Crime · Sexual Abuse · Violence and Abuse · Society · Paris · Olivier Duhamel

Il y au­ra un avant et un après l’af­faire Du­ha­mel. Dans son livre, La Fa­mi­lia grande (éd. Seuil), qui pa­raît jeu­di, la ju­riste Ca­mille Kouch­ner ac­cuse son beau-père, le po­li­to­logue Oli­vier Du­ha­mel, d’avoir agres­sé sexuel­le­ment son frère ju­meau quand il avait 14 ans. Le pro­cu­reur de Pa­ris a an­non­cé mar­di l’ou­ver­ture d’une en­quête pour viols et agres­sions sexuelles par per­sonne ayant au­to­ri­té. Une ré­vé­la­tion qui sonne comme une dé­fla­gra­tion, ana­lyse Isa­belle Au­bry, pré­si­dente et fon­da­trice de l’as­so­cia­tion Face à l’in­ceste : « D’ha­bi­tude, les af­faires d’in­ceste sont trai­tées comme des faits di­vers. Là, ce­la de­vient un fait de so­cié­té.»

Un Fran­çais sur dix concer­né

Cette af­faire est aus­si symp­to­ma­tique d’une li­bé­ra­tion pro­gres­sive de la pa­role sur le su­jet. «Ce vi­rage a été en­ta­mé avec le té­moi­gnage en 1986 d’une ré­édu­ca­trice, Eva Tho­mas, qui a ra­con­té dans un livre les viols com­mis sur elle par son père, se sou­vient l’his­to­rienne Anne-Claude Am­broise-Ren­du, spé­cia­li­sée dans l’his­toire de la pé­do­cri­mi­na­li­té. Ses ré­vé­la­tions avaient fait beau­coup de bruit à l’époque.»

Même si le voile se lève peu à peu, trop de vic­times su­bissent en­core le ta­bou au­tour de ce crime. Pour­tant, se­lon une étude Ip­sos de l’as­so­cia­tion Face à l’in­ceste ré­vé­lée en no­vembre, un Fran­çais sur dix au­rait été vic­time d’in­ceste. Pour que les cas d’in­ceste ne soient plus pas­sés sous si­lence, il fau­drait d’abord qu’ils soient mieux dé­tec­tés en amont par des pro­fes­sion­nels. « Seuls 2 % des si­gna­le­ments pro­viennent des mé­de­cins », re­con­naît le ca­bi­net d’Adrien Ta­quet, se­cré­taire d’Etat char­gé de la Pro­tec­tion de l’en­fance.

L’en­tou­rage de la vic­time de­vrait aus­si pou­voir fa­ci­le­ment si­gna­ler les cas d’in­ceste. « Si un en­fant dit avoir su­bi des vio­lences sexuelles, il faut faire un si­gna­le­ment à la po­lice en ap­pe­lant le 17, rap­pelle Mu­riel Sal­mo­na, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Mé­moire trau­ma­tique et vic­ti­mo­lo­gie. Si on a des doutes sur l’in­ceste, il faut ap­pe­ler le 119 [ser­vice de l’en­fance en dan­ger]. Une pla­te­forme* du mi­nis­tère de l’In­té­rieur per­met aus­si de tcha­ter avec un po­li­cier pour lui si­gna­ler une vio­lence sexuelle.»

 ??  ?? Oli­vier Du­ha­mel est vi­sé par une en­quête pour viols et agres­sions sexuelles.
Oli­vier Du­ha­mel est vi­sé par une en­quête pour viols et agres­sions sexuelles.

Newspapers in French

Newspapers from France