20 Minutes (Lille)

Non, un ac­cord ne pro­tège pas Agnès Bu­zyn à l’OMS

- Ma­thilde Cou­sin Agnès Buzyn · World Health Organization · Paris · Geneva · France · Singapore Ministry of Health · European Court of Justice

Un temps pres­sen­tie à la tête de la Ci­té des sciences à Pa­ris, c’est fi­na­le­ment à Ge­nève, au siège de l’OMS, qu’Agnès Bu­zyn re­bon­dit après son échec aux mu­ni­ci­pales à Pa­ris, en juin. Ra­pi­de­ment, des in­ter­nautes ont ex­hu­mé un pro­jet de loi re­la­tif à un ac­cord entre la France et l’OMS. Cet ac­cord por­te­rait sur « l’oc­troi du sta­tut di­plo­ma­tique aux fonc­tion­naires du bu­reau de l’OMS ». Cer­tains uti­li­sa­teurs des ré­seaux so­ciaux ont alors fait le rap­pro­che­ment entre ce texte et le nou­veau poste d’Agnès Bu­zyn. Car l’ex-mi­nistre de la San­té est visée par des in­ves­ti­ga­tions me­nées par la Cour de jus­tice de la Ré­pu­blique sur la ges­tion de la crise du Co­vid-19.

Mais ce pro­jet d’ac­cord entre la France et l’OMS ne peut pas être mis en re­la­tion avec les nou­velles at­tri­bu­tions d’Agnès Bu­zyn, car, con­trai­re­ment à ce que laisse pen­ser son titre, il s’ap­plique seule­ment aux fonc­tion­naires étran­gers du bu­reau de l’OMS à Lyon. Le but de ce texte est de rendre le bu­reau de Lyon at­trac­tif pour les fonc­tion­naires in­ter­na­tio­naux, en leur ac­cor­dant des avan­tages di­plo­ma­tiques. La ge­nèse de ce texte est, en outre, bien an­té­rieure à l’épi­dé­mie de Co­vid-19. Les pre­miers échanges entre l’ins­ti­tu­tion in­ter­na­tio­nale et la France à ce su­jet datent de 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France