20 Minutes (Lille)

«Il jouait vrai, gro­gnon et sin­cère»

Ci­né­ma Nos lec­teurs rendent hom­mage à Jean-Pierre Ba­cri, l’ac­teur «râ­leur au grand coeur», dé­cé­dé lun­di à 69 ans

- Pierre Cloix

A tra­vers les an­nées, Jean-Pierre Ba­cri au­ra mar­qué le ci­né­ma fran­çais et, for­cé­ment, ses spec­ta­teurs. In­imi­table par son ca­rac­tère et son as­pect « gro­gnon », il laisse der­rière lui une fa­ran­dole de bons sou­ve­nirs. Nos in­ter­nautes, comme beau­coup, n’ont pas été in­sen­sibles à cette dis­pa­ri­tion, alors que l’ac­teur n’était âgé que de 69 ans.

Ce­la re­lève presque de l’évi­dence, mais ce dont vous vous sou­vien­drez le plus en pen­sant à Jean-Pierre Ba­cri, c’est sa sin­cé­ri­té, son cô­té «sans faux-sem­blants ». Mi­chèle se le re­mé­more avec nos­tal­gie : « Il jouait vrai, gro­gnon et sin­cère, un grand co­mique pour moi, il me fai­sait rire. Mon­sieur Ba­cri était un ar­tiste, son jeu était unique.» Un homme sans conces­sions, mais plus sub­til qu’un simple « grin­cheux » du ci­né­ma, tem­père Pas­cale : «J’ai beau­coup ai­mé son rôle de râ­leur et, en même temps, de l’oncle gen­til dans le film La Baule-les-Pins… Il était un homme re­mar­quable et en­tier.»

«Un phy­sique, un phra­sé»

Cette dua­li­té, ce cô­té «faux mé­chant» et «pince-sans-rire», était la si­gna­ture de l’ac­teur, et, pour Laurent, c’est ce qui le dé­mar­quait des autres : «JeanPierre Ba­cri nous laisse un ton et des in­to­na­tions de phrases, qui sont dé­sor­mais pas­sées dans notre culture quo­ti­dienne.» Sur cette fa­çon unique de jouer, Hu­bert com­plète : «Peu d’ac­teurs en France ont su étin­ce­ler, comme lui, par leur uti­li­sa­tion d’un phy­sique, d’un phra­sé, d’un dé­pla­ce­ment du corps de­vant la ca­mé­ra.»

S’il est tant ap­pré­cié, c’est aus­si parce que le co­mé­dien par­lait, et conti­nue­ra de par­ler à tout le monde, comme le sou­ligne Emmanuel : « Jean-Pierre Ba­cri res­te­ra un ac­teur po­pu­laire, qui fait un peu par­tie de la fa­mille. Il n’avait pas son pa­reil pour jouer des per­son­nages tout en nuances, tou­chants par leur hu­ma­ni­té. On ne peut s’em­pê­cher de pen­ser qu’il de­vait être comme ça dans la vie. Quel ac­teur ! Sur­tout dans Le Goût des autres, un im­mense film. » La des­crip­tion pro­po­sée par Ca­thy semble fi­na­le­ment conve­nir à la per­fec­tion : « Une tris­tesse élé­gante, un pe­tit sou­rire en coin et un phra­sé si par­ti­cu­lier. »

 ??  ?? Jean-Pierre Ba­cri dans le film Les Sen­ti­ments, en 2003.
Jean-Pierre Ba­cri dans le film Les Sen­ti­ments, en 2003.

Newspapers in French

Newspapers from France