20 Minutes (Lille)

Dans l’at­tente des ré­sul­tats

San­té Dix jours après l’opé­ra­tion de tests mas­sifs à Rou­baix, de nom­breuses ques­tions res­tent sans ré­ponse

- Gilles Du­rand Health · Lille · France · Saarland University Medical Center

Les tests an­ti­gé­niques sont-ils fiables? Le va­riant bri­tan­nique a-t-il for­te­ment pé­né­tré dans le Nord? Au­tant de ques­tions aux­quelles la ré­cente cam­pagne de dé­pis­tage mas­sif du Co­vid-19, opé­rée à Rou­baix entre le 11 et le 16 jan­vier, doit ré­pondre. Mais dix jours après la fin de l’opé­ra­tion, au­cun ré­sul­tat n’a en­core fil­tré. Seule cer­ti­tude, « des soup­çons de va­riant an­glais ont été dé­tec­tés par­mi les 66 cas po­si­tifs», note le CHU de Lille, char­gé d’ef­fec­tuer un pré­sé­quen­çage des souches vi­rales avec ses ins­tru­ments d’ana­lyse.

Mais c’est le gé­no­pole du com­mis­sa­riat de l’éner­gie ato­mique d’Evry qui réa­lise le vé­ri­table sé­quen­çage. Et le tra­vail prend du temps. Contac­tée, l’agence ré­gio­nale de san­té (ARS) des Hautsde-France as­sure at­tendre aus­si les ré­sul­tats.

Idem sur l’étude com­pa­ra­tive me­née sur l’ef­fi­ca­ci­té des tests an­ti­gé­niques par rap­port au PCR. Dans un pre­mier élan, l’ARS avait pu­blié le nombre de per­sonnes tes­tées po­si­tives à Rou­baix au re­gard des tests an­ti­gé­niques : 66 pour 5304 tes­tées.

Ces chiffres avaient per­mis d’éta­blir une es­ti­ma­tion du taux d’in­ci­dence à 1,24 % dans la po­pu­la­tion rou­bai­sienne. Sauf que la fia­bi­li­té des tests an­ti­gé­niques reste su­jet à cau­tion. C’est pour­quoi les au­to­ri­tés sa­ni­taires avaient mis en place un dis­po­si­tif per­met­tant de faire une com­pa­rai­son as­sez simple avec les tests PCR. Le dé­pis­tage était ef­fec­tué avec deux tests réa­li­sés par le même soi­gnant pour évi­ter les er­reurs de pré­lè­ve­ment : un dans chaque na­rine. Les ré­sul­tats du test an­ti­gé­nique étaient connus dans le quart d’heure, ceux du se­cond, douze heures plus tard. «On va en­fin sa­voir quelle est la vé­ri­table ef­fi­ca­ci­té des tests an­ti­gé­niques, puis­qu’il y a une po­lé­mique sur le su­jet», se ré­jouis­sait le chercheur lillois Phi­lippe Fro­guel, avant le lan­ce­ment de la cam­pagne.

L’ARS joue la montre

Mais, dix jours après la fin de cette opé­ra­tion, au­cune nou­velle de l’ana­lyse com­pa­ra­tive. Et l’ARS joue la montre. Ce re­tard est pour­tant fâ­cheux, car l’étude pré­sente de réels en­jeux de san­té pu­blique. Soit les tests an­ti­gé­niques sont aus­si fiables que les PCR et la ra­pi­di­té de la ré­ponse plaide en fa­veur de leur dé­ve­lop­pe­ment au dé­tri­ment des PCR. Soit leur manque de fia­bi­li­té est confir­mée et l’in­té­rêt du test an­ti­gé­nique pour­rait être dé­fi­ni­ti­ve­ment re­mis en cause.

 ??  ?? La pré­pa­ra­tion d’un test sa­li­vaire.
La pré­pa­ra­tion d’un test sa­li­vaire.

Newspapers in French

Newspapers from France