20 Minutes (Lille)

Un confi­ne­ment au poil

En quête d’un peu de bon­heur et de ten­dresse en ces temps de res­tric­tions, de nom­breux Fran­çais ac­cueillent un ani­mal de com­pa­gnie à la mai­son.

- Del­phine Ban­caud Lifestyle · Good News · Pets · Hobbies

De­puis le dé­but de la crise sa­ni­taire, cha­cun a res­treint sa vie so­ciale. Un re­pli sur l’uni­vers do­mes­tique qui a pous­sé cer­tains Fran­çais à adop­ter ou à ache­ter un chien ou un chat. La SPA a en­re­gis­tré 37 667 adop­tions en 2020, avec un taux de re­tour d’ani­maux adop­tés his­to­ri­que­ment bas de 3,8%, a-t-elle an­non­cé fin jan­vier.

Les confi­ne­ments ont sou­vent eu un rôle de dé­clic pour se lan­cer dans le pro­jet, comme pour Eli­sa, qui a ré­pon­du à notre ap­pel à té­moins : «Je n’ai pas ap­pré­cié de voir peu de monde lors du pre­mier confi­ne­ment. Juste après, j’ai eu l’oc­ca­sion de ré­cu­pé­rer un cha­ton tout noir. J’ai sau­té des­sus.» Par ailleurs, en chan­geant les ha­bi­tudes de tra­vail et de vie, la crise sa­ni­taire a fa­ci­li­té la dé­marche. «Avec le nou­veau mode de vie im­po­sé, j’ai re­vu mon or­ga­ni­sa­tion, ra­conte Vincent. Quand on m’a pro­po­sé de sau­ver un chat de la mort (l’agri­cul­teur vou­lait noyer la por­tée), j’ai ac­cep­té», confie le maître de Ral­phie, pe­tite chatte qui a re­joint son do­mi­cile juste avant le deuxième confi­ne­ment.

Le fait d’être plus sou­vent à la mai­son a per­mis une meilleure adap­ta­tion de ces ani­maux de com­pa­gnie, comme le sou­ligne Lau­rine : « Le confi­ne­ment nous a per­mis d’être pré­sents pour ac­com­pa­gner le chiot dans notre nou­velle vie et de ré­pondre à ses be­soins. » Pour Cé­line, son chien, Rio, est une sorte de sou­pape : « Je me pro­mène avec lui plu­sieurs fois par jour. Quand c’est trop com­pli­qué à la mai­son, je m’en vais avec lui. Il est tou­jours content. Ça me change des re­proches constants de mes en­fants. »

De sur­croît, alors que beau­coup de Fran­çais ne voient plus trop leurs amis, les ani­maux per­mettent de faire des ren­contres : « Grâce à mon chien, j’ai pu faire plein de nou­velles connais­sances, ra­conte Ben­ja­min. Il y a de nom­breux groupes dans les parcs ou sur les ré­seaux so­ciaux qui ac­cueillent avec plai­sir les nou­veaux chiens. »

«Quand c’est trop com­pli­qué à la mai­son, je m’en vais avec mon chien. »

Cé­line

 ??  ??
 ??  ?? La SPA a en­re­gis­tré un taux de re­tour d’ani­maux adop­tés his­to­ri­que­ment bas.
La SPA a en­re­gis­tré un taux de re­tour d’ani­maux adop­tés his­to­ri­que­ment bas.

Newspapers in French

Newspapers from France