20 Minutes (Lille)

Alès, la ville qui tend les bras aux dé­çus de Pa­ris

La ca­pi­tale des Cé­vennes en­cou­rage des Fran­ci­liens à s’ins­tal­ler dans le Gard

- A Mont­pel­lier, Ni­co­las Bon­zom * Ales-au­dace.fr Paris

Alès s’af­fiche en grand dans le mé­tro pa­ri­sien. La ca­pi­tale des Cé­vennes « sou­rit aux au­da­cieux », lit-on sur les nom­breuses af­fiches qui ont fleu­ri dans les cou­loirs, de­puis quelques jours. L’ob­jec­tif est d’in­ci­ter les por­teurs de pro­jets fran­ci­liens à «quit­ter Pa­ris» pour re­joindre la sous-pré­fec­ture du Gard. Les en­tre­pre­neurs sé­duits par ce dé­mé­na­ge­ment dans le Sud-Est peuvent par­ti­ci­per à un concours*, avec, à la clé, un an de loyer of­fert, un ac­com­pa­gne­ment par une pé­pi­nière et une do­ta­tion fi­nan­cière. «Nous avons sou­hai­té, dans ce nou­veau man­dat, après avoir ré­ha­bi­li­té, ré­no­vé, dé­ve­lop­pé ce ter­ri­toire», d’es­sayer d’at­ti­rer à nous des néo-Alé­siens, ex­plique Christophe Ri­venq (LR), pré­sident de l’ag­glo­mé­ra­tion d’Alès. Pour l’élu, dans l’an­cienne ci­té mi­nière, « la qua­li­té de vie est clai­re­ment meilleure que dans les grandes mé­tro­poles. A mon sens, si on ne ré­équi­libre pas ra­pi­de­ment notre pays, on va dans le mur.»

«For­cé­ment, ces villes at­tirent»

De nom­breuses en­quêtes montrent que « les per­sonnes as­pirent à plus de na­ture, un meilleur cadre de vie, ex­plique Lise Bour­deau-Le­page, doc­teure en éco­no­mie à l’uni­ver­si­té JeanMou­lin, à Lyon [Rhône]. Avec la crise, les Pa­ri­siens n’ont plus les bé­né­fices d’être à Pa­ris : sor­tir, al­ler au res­tau­rant, au ci­né­ma, au théâtre, dans les mu­sées, es­time la cher­cheuse. En plus, ils sont confi­nés ou se­mi-confi­nés dans des ap­par­te­ments étri­qués. Ils se disent qu’ils peuvent al­ler ailleurs, dans des villes où ils pour­ront être en té­lé­tra­vail, et mon­ter de temps en temps à la ca­pi­tale.»

Dans ce contexte, les villes moyennes, comme Alès, ont in­té­rêt à montre leurs atouts : un com­pro­mis entre la cam­pagne et la grande ville. «Les per­sonnes se disent qu’elles au­ront un ap­par­te­ment plus grand, un ac­cès à la na­ture plus proche, re­prend Lise Bour­deauLe­page. For­cé­ment, ces villes at­tirent. A condi­tion qu’elles aient, no­tam­ment, un bon ac­cès au ré­seau In­ter­net et des liai­sons fer­ro­viaires.» Mais, note la pro­fes­seure, cet exode ne peut concer­ner qu’une «frange» ai­sée de la po­pu­la­tion pa­ri­sienne, qui n’est pas « coin­cée par le lo­ge­ment et le tra­vail».

 ??  ?? L’ag­glo­mé­ra­tion d’Alès veut in­ci­ter les por­teurs de pro­jets et les habitants fran­ci­liens à «quit­ter Pa­ris».
L’ag­glo­mé­ra­tion d’Alès veut in­ci­ter les por­teurs de pro­jets et les habitants fran­ci­liens à «quit­ter Pa­ris».

Newspapers in French

Newspapers from France