20 Minutes (Lille)

Sur quel pied vont pou­voir dan­ser les fes­ti­vals ?

Pan­dé­mie Si la mi­nistre de la Culture a au­to­ri­sé les évé­ne­ments mu­si­caux cet été, elle a ins­tau­ré une jauge de 5000 per­sonnes as­sises

- Pau­line Bu­tel Entertainment · Arts · Music · Ministry of Culture · DJ Snake · Massive Attack · Ministry of Culture and National Patrimony

Com­bien de fes­ti­vals se dé­rou­le­ront cet été ? Le sec­teur des mu­siques ac­tuelles s’in­ter­roge après le cadre fixé, jeu­di, par le mi­nis­tère de la Culture : 5 000 per­sonnes as­sises maxi­mum. «On est sous le choc, dos au mur», a lan­cé à l’AFP Jean-Paul Ro­land, di­rec­teur du fes­ti­val des Eu­ro­ckéennes et re­pré­sen­tant du Pro­diss, le syn­di­cat na­tio­nal des pro­duc­teurs, dif­fu­seurs, fes­ti­vals et salles de spec­tacle dans le pri­vé.

« Aux Eu­ro­ckéennes, nous ne pre­nons pas de dé­ci­sion pré­ci­pi­tée, à chaud, nous al­lons nous re­voir avec d’autres fes­ti­vals », a ajou­té Jean-Paul Ro­land. Son ren­dez-vous a dé­jà an­non­cé sa pro­gram­ma­tion, qui com­porte des têtes d’af­fiche in­ter­na­tio­nales comme Muse, DJ Snake ou Mas­sive At­tack. « Avec 5 000 per­sonnes, c’est im­pos­sible, quel ar­tiste ac­cep­te­rait ? Et puis, aux Eu­rocks, le spec­ta­teur n’est pas là pour être as­sis et voir un concert, re­grette-t-il en­core. Il est là pour un mo­ment de vie. C’est ça qui est ex­clu avec la dé­ci­sion du mi­nis­tère. »

En re­vanche, le di­rec­teur du fes­ti­val des Vieilles Char­rues, qui se dé­roule à Ca­rhaix en Bre­tagne, veut voir le verre à moi­tié plein. « On s’adap­te­ra. Ce ne se­ra pas un été si­len­cieux à Ca­rhaix, ce se­ra l’été des re­trou­vailles », confie Jé­rôme Tré­ho­rel. Pour 20 Mi­nutes, il par­tage son dé­sir de voir l’évé­ne­ment exis­ter en 2021 : « On a vrai­ment en­vie qu’il y ait un fes­ti­val. Il se­ra peut-être dif­fé­rent, mais on se­ra là. » Le di­rec­teur évoque aus­si les pistes aux­quelles lui et son équipe ré­flé­chissent. Il s’agit non pas d’adap­ter l’an­cien fes­ti­val, mais bien de créer un pro­jet com­plè­te­ment nou­veau : « Ce qu’on a ima­gi­né à la suite des dé­cla­ra­tions de la mi­nistre, c’est que, si on parle de 5 000 [fes­ti­va­liers] as­sis, ce se­ront des gra­dins ou des par­terres as­sis face à des scènes. (…) Les bulles ou autres, ça peut être des formes com­plé­men­taires. »

« On en sait un peu plus pour le cadre gé­né­ral, mais il reste des zones de flou. Ce qui est sûr, c’est que la sai­son des fes­ti­vals 2021 ne se­ra pas comme les autres», juge pour l’AFP Au­ré­lie Han­ne­douche, dé­lé­guée gé­né­rale du Syn­di­cat des mu­siques ac­tuelles (SMA).

Elle pointe par­mi les zones grises la ques­tion de l’au­to­ri­sa­tion des zones bar et res­tau­ra­tion, qui dé­pen­dra de la ré­ou­ver­ture « dans le sec­teur de la res­tau­ra­tion ». Ro­se­lyne Ba­che­lot, mi­nistre de la Culture, a, éga­le­ment, pré­sen­té jeu­di « une en­ve­loppe de 30 mil­lions d’eu­ros » pour ac­com­pa­gner les fes­ti­vals vers des for­mats al­ter­na­tifs ou li­mi­ter la casse en cas d’an­nu­la­tion.

« On s’adap­te­ra. Ce ne se­ra pas un été si­len­cieux à Ca­rhaix. » Jé­rôme Tré­ho­rel, di­rec­teur des Vieilles Charr­rues

 ??  ?? Le rap­peur fran­çais Lo­me­pal lors de l’édi­tion 2019 des Vieilles Char­rues.
Le rap­peur fran­çais Lo­me­pal lors de l’édi­tion 2019 des Vieilles Char­rues.

Newspapers in French

Newspapers from France