Han­di­cap in­ter­na­tio­nal fête 35 ans d’ac­tion

L’ONG lyon­naise, créée en 1982, fête mer­cre­di son 35e an­ni­ver­saire

20 Minutes (Lyon) - - LA UNE - Ca­ro­line Gi­rar­don

L’idée est par­tie d’un énorme coup de gueule de deux Lyon­nais. Deux mé­de­cins, Jean-Bap­tiste Ri­char­dier et Claude Sim­mo­not, en­voyés au Cam­bodge pour soi­gner le peuple khmer. Le manque d’aide ap­por­tée aux vic­times des mines an­ti­per­son­nel les scan­da­lise. L’idée de créer Han­di­cap in­ter­na­tio­nal est née. Elle se concré­ti­se­ra en 1982.

Un « re­tour en ar­rière »

Trente-cinq ans plus tard, l’as­so­cia­tion, qui fête mer­cre­di son an­ni­ver­saire, est en­core de tous les com­bats : en Sy­rie, au Yé­men, à Mos­soul ou en Co­lom­bie. Son cre­do : « Soi­gner les maux de la guerre et des ca­tas­trophes na­tu­relles. » Me­nant 341 pro­jets à tra­vers la pla­nète, elle a été dé­si­gnée en 2017 comme la 8e ONG la plus in­fluente au monde. Mais manque en­core de no­to­rié­té mal­gré le prix No­bel de la paix qui lui a été dé­cer­né en 1997. Han­di­cap in­ter­na­tio­nal est pour­tant l’un des ac­teurs ma­jeurs de l’ur­gence et du dé­mi­nage. « Notre ac­tion ne consiste pas à dé­mi­ner les au­to­routes ou les aé­ro­ports, mais bien d’ai­der les vil­lages pour qu’ils dé­ve­loppent l’agri­cul­ture, l’éle­vage, pré­cise Ma­nuel Pa­trouillard, le di­rec­teur gé­né­ral. Quand les ter­ri­toires sont mi­nés, vous ne pou­vez plus culti­ver, ni avoir de bé­tail et faire du com­merce avec d’autres vil­lages. Les routes sont in­ter­dites et vous êtes obli­gés de vous re­cro­que­viller. » L’un des ob­jec­tifs est donc d’ai­der les com­mu­nau­tés à « ré­in­ven­ter un dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique » afin d’évi­ter les exodes. Car le nombre de ré­fu­giés a ex­plo­sé : 65 mil­lions au­jourd’hui contre 50 mil­lions lors de la Se­conde Guerre mon­diale, qui était pour­tant le re­cord. Comme le nombre de per­sonnes tuées ou bles­sés par les mines an­ti­per­son­nel. Plus 150% entre 2013 et 2016. « Un re­tour en ar­rière in­ac­cep­table » se­lon l’as­so­cia­tion, sou­cieuse de rap­pe­ler qu’il existe des règles in­ter­na­tio­nales comme le trai­té d’Ot­ta­wa et la Con­ven­tion d’Os­lo, in­ter­di­sant les armes à sous­mu­ni­tion. Mais le constat est im­pla­cable. « 92 à 97 % des bom­bar­de­ments concernent dé­sor­mais des ci­vils », pour­suit Ma­nuel Pa­trouillard. Contre 66 % lors de la Se­conde Guerre mon­diale et 5 % entre 1914 et 1918.

Ma­nuel Pa­trouillard (à droite), di­rige dé­sor­mais Han­di­cap in­ter­na­tio­nal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.