Les Etats sont-ils COP ou pas COP ?

La mise en oeuvre de l’Ac­cord de Pa­ris est l’un des grands en­jeux de la con­fé­rence

20 Minutes (Lyon) - - ACTUALITÉ - Fa­brice Pou­li­quen

De­puis leur lan­ce­ment en 1995, les COP, ces confé­rences des par­ties à la Con­ven­tion-cadre des Na­tions unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques, ont plus ou moins mar­qué les es­prits. La COP3 de Kyo­to (1997) ou la COP21 de Pa­ris (2015) ont dé­bou­ché sur des ac­cords in­ter­na­tio­naux ma­jeurs. La COP 15 de Co­pen­hague (2009), elle, a été mar­quée par une in­ca­pa­ci­té de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale à s’en­tendre sur un ac­cord contrai­gnant. Quelle trace lais­se­ra dans l’his­toire la COP 24, qui a com­men­cé di­manche en Po­logne?

A Ka­to­wice, le pre­mier gros chan­tier se­ra d’éta­blir les règles de mise en oeuvre de l’Ac­cord de Pa­ris (le ru­le­book), qui « fixe l’am­bi­tion col­lec­tive de li­mi­ter le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique à 2 °C d’ici à 2100 et de faire tout ce qui est pos­sible pour ap­pro­cher 1,5 °C», rap­pelle Mi­chel Co­lom­bier, di­rec­teur scien­ti­fique de l’Ins­ti­tut du dé­ve­lop­pe­ment du­rable et des re­la­tions in­ter­na­tio­nales (Id­dri). A quelles ac­tions s’en­gage chaque pays pour lut­ter contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique ? Quels mé­ca­nismes de trans­pa­rence ins­tau­rer pour s’as­su­rer de l’ap­pli­ca­tion des en­ga­ge­ments et suivre dans le temps les pro­grès réa­li­sés? Quelles règles ap­pli­quer à la fi­nance in­ter­na­tio­nale? «Si la COP24 n’abou­tit pas à l’adop­tion de ce ru­le­book, ce se­ra un échec », tranche Lo­la Val­le­jo, di­rec­trice du pro­gramme cli­mat de l’Id­dri. L’autre gros chan­tier se­ra de faire abou­tir le « dia­logue de Ta­la­noa », lan­cé à la COP 23 de Bonn sous la pré­si­dence des Fid­ji. Il vise à mettre en com­mun les ex­pé­riences me­nées pour en­di­guer le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique par les Etats et ac­teurs non éta­tiques (col­lec­ti­vi­tés lo­cales, ONG, ac­teurs pri­vés…). «Ce qui marche, et ce qui ne marche pas, ou du moins qui n’a pas fonc­tion­né dans un contexte na­tio­nal pré­cis, mais qui pour­rait fonc­tion­ner ailleurs, dé­taille Be­noît Le­guet, di­rec­teur de I4CE, ins­ti­tut spé­cia­li­sé sur les ques­tions éco­no­miques et fi­nan­cières liées à la tran­si­tion éco­lo­gique. Nous n’avons plus as­sez de temps pour ré­in­ven­ter la roue cha­cun de notre cô­té. » Reste à sa­voir si les Etats se­ront à la hau­teur des en­jeux. Dont les Etats-Unis, certes, mais aus­si l’Aus­tra­lie, qui a re­non­cé à ins­crire dans la loi ses en­ga­ge­ments pris dans l’Ac­cord de Pa­ris, ou même la Po­logne, qui tire 80 % de son élec­tri­ci­té du char­bon…

Les ex­pé­riences me­nées contre le ré­chauf­fe­ment se­ront mises en com­mun.

##JEV#118-68-https://bit.ly/2Qt7PR8##JEV#La COP24 a com­men­cé di­manche à Ka­to­wice, en Po­logne, un pays qui tire 80 % de son élec­tri­ci­té du char­bon, très pol­luant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.