Plus dure est la re­chute

Foot­ball Jean-Mi­chel Au­las et Bru­no Ge­ne­sio étaient re­mon­tés après la dé­faite face à Rennes

20 Minutes (Lyon) - - GRAND LYON - Jé­ré­my Lau­gier

«La co­lère n’est ja­mais por­teuse de bonnes dé­ci­sions. » C’est par cette ac­croche 100 % Jean-Mi­chel Au­las que le pré­sident lyon­nais s’est pré­sen­té en zone mixte, mer­cre­di. Heu­reu­se­ment, d’ailleurs, que le di­ri­geant s’est ar­rê­té, car au­cun joueur n’a sou­hai­té ex­pli­quer les rai­sons de la dé­faite contre Rennes (0-2) de­vant les jour­na­listes. « Ils étaient très dé­çus et n’ont pas as­su­mé », dé­cryp­tait le di­ri­geant de l’OL.

« Ça fait cruel­le­ment mal »

Seul le ca­pi­taine Na­bil Fe­kir, peu in­fluent dans le jeu, a lâ­ché quelques mots au mi­cro de beIN Sports à la fin de la ren­contre. «On n’a pas été bon, re­con­nais­sait le me­neur de jeu lyon­nais. Il fau­dra se re­mettre la tête à l’en­droit pour le match de Ligue des cham­pions qui ar­rive [mer­cre­di contre le Sha­kh­tar Do­netsk]. Il y avait un manque d’agres­si­vi­té, pas de ré­ac­tion, pas d’or­gueil. Il ne faut pas res­ter dans cet état d’es­prit. » L’Olym­pique Lyon­nais a donc man­qué une belle op­por­tu­ni­té de prendre seul la deuxième place en Ligue 1 et de lâ­cher Mar­seille à cinq points. Mais, pour Jean-Mi­chel Au­las, le cô­té le plus pro­blé­ma­tique de ce non-match face aux Bre­tons, était ailleurs : « Cette dé­faite nous fait cruel­le­ment mal, car elle ar­rive à un mo­ment où on pen­sait avoir ré­so­lu un cer­tain nombre de pro­blèmes de ce type-là. Tout le tra­vail qui a été fait de­puis fin août et notre der­nière dé­faite [0-1 contre Nice en L1] tombe à l’eau. Ce sont évi­dem­ment les joueurs qui ont la clé après ce non-match qui nous coûte beau­coup plus que trois points. Dans le contexte ac­tuel, la spi­rale qui était en route était for­mi­da­ble­ment im­por­tante en vue du match de Do­netsk. On va ré­flé­chir aux le­viers à ac­ti­ver pour re­mettre dans la bonne di­rec­tion l’équipe. »

Lors de sa très courte in­ter­ven­tion dans l’au­di­to­rium du Parc OL, son en­traî­neur était sur le même re­gistre, ce­lui de « la co­lère. Je n’ima­gi­nais pas que l’on pou­vait af­fi­cher un tel vi­sage, re­gret­tait Bru­no Ge­ne­sio. Il faut croire que l’on n’a pas re­te­nu les le­çons du pas­sé. Pe­tit à pe­tit, on s’est épar­pillé et nous avons ou­blié de nous re­pla­cer. Je pense qu’on est un groupe ir­res­pon­sable. » Cette for­mule choc va comme un gant à cet OL-là, qui joue­ra très gros mer­cre­di en Ukraine.

Bru­no Ge­ne­sio, l’en­traî­neur de l’OL.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.