Pré­ve­nus et vic­times as­surent avoir agi comme il se de­vait

Les co­pré­ve­nus de Mgr Bar­ba­rin se sont ex­pri­més mar­di

20 Minutes (Lyon) - - GRAND LYON - Ca­ro­line Gi­rar­don

Les dé­bats lors du deuxième jour du pro­cès du car­di­nal Bar­ba­rin et de cinq autres pré­ve­nus, pour­sui­vis pour « non-dé­non­cia­tion d’agres­sions sexuelles sur mi­neurs » de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon, au­ront sur­tout mis en évi­dence le fos­sé entre les vic­times et l’Ins­ti­tu­tion re­li­gieuse. Cha­cun étant per­sua­dé d’avoir agi comme il se de­vait.

Même ligne de conduite

Bles­sées, les vic­times ont li­vré leur sen­ti­ment de n’avoir ja­mais été en­ten­dues en temps vou­lu, ni d’avoir été pro­té­gées. « Il n’est pas nor­mal d’avoir été mis sur le par­cours d’un pré­da­teur sexuel. Nous n’étions pas en­core nés que le dio­cèse sa­vait dé­jà », s’in­surge Fran­çois De­vaux, l’un des fon­da­teurs de la Pa­role Li­bé­rée. De leur cô­té, les membres du cler­gé, em­pê­trés dans leur lo­gique, n’ont pas dé­ro­gé à leur ligne de conduite. A sa­voir, se ré­fé­rer aux au­to­ri­tés ec­clé­sias­tiques plu­tôt que d’avoir re­cours à la jus­tice de la Ré­pu­blique.

Thier­ry Brac de la Per­rière, an­cien évêque auxi­liaire de Lyon que Lau- rent Du­ver­ger, une des vic­times du père Prey­nat, était ve­nue trou­ver, a cru bien faire en gar­dant le si­lence. « De­vais-je par­ler de ce qu’il m’avait confié ? Sa dé­marche avait-elle ce but-là ? Ce n’est pas ce que j’ai com­pris », ré­pond-il.

Le père Xa­vier Grillon, en poste dans le Roan­nais, n’a pas non plus me­su­ré la gra­vi­té de la si­tua­tion. Avant d’être contac­té par une vic­time en 2015, il avait été aler­té quatre ans plus tôt par la lettre d’une pa­rois­sienne, s’in­quié­tant de la pré­sence du père Prey­nat au « contact d’en­fants ». « Je n’ai ja­mais fait la ba­lance entre les risques en­cou­rus par les en­fants et le scan­dale pour le prêtre Ber­nard Prey­nat », concède-t-il. Pas plus qu’il n’a sou­hai­té écour­ter sa mis­sion lorsque le Va­ti­can a dé­ci­dé d’écar­ter le prêtre au mo­ment du scan­dale. Si les six pré­ve­nus ont as­su­ré n’avoir ja­mais vou­lu « étouf­fer » l’af­faire, au­cun n’a fi­na­le­ment pris la res­pon­sa­bi­li­té de la dé­non­cer à la jus­tice. Les dé­bats se dé­rou­le­ront jus­qu’à jeu­di.

Fran­çois De­vaux (La Pa­role Li­bé­rée).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.