La mu­sique à fleur de peau pour So­pi­co

Hip-hop Le jeune rap­peur est l’une des ré­vé­la­tions de la sé­rie « The Ed­dy » de Net­flix, tour­née à Pa­ris

20 Minutes (Lyon) - - SÉRIES - Ben­ja­min Cha­pon

La star, c’est la mu­sique. Après un tour sur la Lune avec First Man, Da­mien Cha­zelle re­vient à ses pre­mières amours dans The Ed­dy. Pour cette sé­rie, dis­po­nible sur Net­flix, le réa­li­sa­teur os­ca­ri­sé de La La Land et Whi­plash re­noue avec le jazz. Dans The Ed­dy, la star c’est donc la mu­sique, ou bien la salle de jazz pa­ri­sienne qui donne son nom à la sé­rie.

Même le réa­li­sa­teur s’ef­face puis­qu’il ne réa­lise que les deux pre­miers des huit épi­sodes. On y re­trouve de beaux noms, comme Andre Hol­land, Ta­har Ra­him, Leï­la Be­kh­ti et Amand­la Sten­berg. Le hip-hop s’in­vite aus­si au cas­ting, et dans la BO, au tra­vers du jeune mu­si­cien pa­ri­sien So­pi­co. En plus d’un rôle, le rap­peur in­ter­prète un titre in­édit. Avec lui, c’est toute la di­ver­si­té mu­si­cale pa­ri­sienne que Da­mien Cha­zelle convoque. Alors qu’il a, par un concours de cir­cons­tances, pas­sé le confi­ne­ment seul au Pays basque, So­pi­co voit dans la sé­rie un hom­mage à sa ville na­tale : « J’ai gran­di au coeur de Pa­ris où tous les mu­si­ciens du monde passent. Tout ça m’a édu­qué à tou­jours tra­vailler avec les autres. C’est pour ce­la que la so­li­tude ne me fait pas peur. » Voi­là com­ment, à 24 ans, le rap­peur s’est sen­ti « à sa place mal­gré tout », par­mi « des mu­si­ciens de jazz ul­tra ex­pé­ri­men­tés, des doc­teurs en mu­si­co­lo­gie et des pro­duc­teurs ho­no­rés de mul­tiples gram­my awards ». Si l’in­trigue de la sé­rie est d’une to­na­li­té plu­tôt sombre, où le club de jazz qui pé­ri­clite est le symp­tôme de rap­ports hu­mains en dé­li­ques­cence, Da­mien Cha­zelle des­sine pour­tant un Pa­ris fan­tas­mé de mu­si­ciens qui se croisent, im­pro­visent et parlent en­semble le lan­gage uni­ver­sel de la mu­sique.

« Mais les mu­si­ciens de la sé­rie vivent cette vie-là au jour le jour, ré­plique So­pi­co. Ces gens qui s’en­ivrent de mu­sique ont ame­né leur style de vie à Pa­ris pour le tour­nage. Moi, j’avais l’im­pres­sion d’un rêve éveillé, mais eux vivent vrai­ment cette vie-là. » Le mu­si­cien a tou­jours des étoiles dans les yeux quand il ra­conte le tour­nage et les séances au stu­dio avec Glen Bal­lard.

«Une ap­proche hu­maine»

Pro­duc­teur de gé­nie, qui a tra­vaillé aus­si bien avec Mi­chael Jack­son et Quin­cy Jones qu’avec Ala­nis Mo­ris­sette et El­ton John, Glen Bal­lard est le di­rec­teur mu­si­cal de la sé­rie. «Il a une ap­proche très hu­maine de la mu­sique, ra­conte So­pi­co. Tra­vailler avec lui m’a ou­vert tel­le­ment de pos­si­bi­li­tés. Il m’a pré­sen­té des mu­si­ciens de la sé­rie qui sont de­ve­nus des amis. Avec eux, j’ai ap­pris la no­tion de boeuf mu­si­cal. C’est très en­ri­chis­sant et nou­veau pour moi. »

«J’avais l’im­pres­sion d’un rêve éveillé, mais les mu­si­ciens vivent cette vie-là.»

So­pi­co, rap­peur

So­pi­co s’est sen­ti à sa place sur le tour­nage de The Ed­dy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.