Durent, durent les trac­ta­tions

L’entre-deux-tours des mu­ni­ci­pales au­ra du­ré près de trois mois, au point d’in­fluer sur le jeu des al­liances entre les can­di­dats.

20 Minutes (Lyon) - - NEWS - Laure Co­met­ti

D’ha­bi­tude, c’est une course contre la montre. Cette an­née, l’épi­dé­mie de co­ro­na­vi­rus a trans­for­mé l’entre-deux­tours des mu­ni­ci­pales en ma­ra­thon. Entre l’an­nonce de la date du se­cond tour de scru­tin le 23 mai et la date bu­toir du 2 juin pour dé­po­ser leur liste pour le se­cond tour, comme l’a an­non­cé le mi­nistre de l’In­té­rieur mer­cre­di, les can­di­dats au­ront dis­po­sé d’une di­zaine de jours pour nouer d’éven­tuelles al­liances en vue du 28 juin. Dans plu­sieurs villes, ce dé­lai sup­plé­men­taire pour­rait être dé­ci­sif.

«Ces deux mois ont per­mis de confor­ter le dia­logue avec cer­tains, de l’ou­vrir avec d’autres.»

Fré­dé­rique Lar­det,

can­di­date à An­ne­cy (ex-LREM)

Fré­dé­rique Lar­det, à An­ne­cy, ap­pré­cie de dis­po­ser de plus de temps. «Ces deux mois ont per­mis de prendre un peu de re­cul, constate la dé­pu­tée de Hau­teSa­voie, ex-LREM. Ça a confor­té le dia­logue avec cer­taines listes, et ça a per­mis de l’ou­vrir avec d’autres. » Ar­ri­vés en troi­sième po­si­tion au pre­mier tour avec 21,5 % des voix, Fré­dé­rique Lar­det et ses co­lis­tiers avaient com­men­cé à dis­cu­ter avec la liste me­née par l’éco­lo­giste Fran­çois As­torg, forte de 27,87% des suf­frages. Mais il y a du nou­veau par rap­port au 15 mars : «J’ai été ap­pro­chée par le maire sortant, qui ne m’avait pas contac­tée après le pre­mier tour, et qui ne sou­hai­tait pas de fu­sion. On di­rait qu’il a chan­gé de stra­té­gie de­puis. On ne se ven­dra pas au plus of­frant », as­sure-t-elle. L’édile, Jean-Luc Ri­gault (UDI), est ar­ri­vé en tête au pre­mier tour (28,4%).

Au Havre, les choses ont aus­si chan­gé. Le 15 mars, le Pre­mier mi­nistre, Edouard Phi­lippe, s’est re­trou­vé en bal­lot­tage, avec 43,6 % des voix, face au dé­pu­té com­mu­niste Jean-Paul Le­coq (35,88 %). Huit points les sé­parent, soit le score réa­li­sé par la liste PS-EELV, me­née par Alexis Deck. Après l’an­nonce des ré­sul­tats, les deux hommes n’étaient pas par­ve­nus à un ac­cord.

L’échec d’une al­liance en mars, «c’était un pro­blème de per­sonnes, de dé­cla­ra­tions faites pen­dant la cam­pagne », re­grette le conseiller mu­ni­ci­pal so­cia­liste Mat­thieu Brasse, no 3 sur la liste PS-EELV.

Mais, le 23 mai, après le dis­cours d’Edouard Phi­lippe an­non­çant le vote le 28 juin, « Alexis Deck a dé­ci­dé de se re­ti­rer et de si­gner un ac­cord de fu­sion », ra­conte son co­lis­tier. « Après avoir lon­gue­ment consul­té et ré­flé­chi, je consi­dère que mon des­tin po­li­tique per­son­nel est moins im­por­tant que la pos­sible vic­toire d’une al­ter­nance de la gauche et de l’éco­lo­gie au Havre», in­dique l’éco­lo­giste, con­tac­té par 20 Mi­nutes, dans un com­mu­ni­qué en­voyé lun­di.

Un pos­sible élec­teur de­vant les af­fiches des mu­ni­ci­pales à Mar­seille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.