Une ren­trée agi­tée dans les rangs de l’As­sem­blée

Po­li­tique Après les va­cances par­le­men­taires, les dé­pu­tés ont re­pris leurs tra­vaux mardi

20 Minutes (Lyon) - - LA UNE - Laure Co­met­ti

Cer­tains visages sont plus bron­zés, mais on n’en voit pas grand-chose, port du masque oblige. Les dé­pu­tés étaient de re­tour dans l’Hé­mi­cycle mardi, après un mois de sus­pen­sion des séances pu­bliques. Les par­le­men­taires se sont li­vrés aux ques­tions au gou­ver­ne­ment. L’oc­ca­sion, pour la ma­jo­ri­té, de faire le ser­vice après-vente de ses me­sures sa­ni­taires et de son plan de re­lance, face à une op­po­si­tion très re­mon­tée.

A 15 h, l’Hé­mi­cycle est presque rem­pli : plus de dis­tan­cia­tion ni de quo­tas sur les bancs de l’As­sem­blée, comme en juin. Mais les mi­cros sont dés­in­fec­tés entre chaque prise de pa­role. Sous la ta­pis­se­rie de L’Ecole d’Athènes, qui s’est re­fait une beau­té pen­dant l’été, les dé­pu­tés semblent aus­si dis­si­pés qu’une classe de 4e le jour de la ren­trée. Et ce n’est pas l’in­ter­ven­tion de Ch­ris­tophe Cas­ta­ner qui va at­té­nuer le brou­ha­ha.

L’an­cien mi­nistre de l’In­té­rieur est re­tour­né sur les bancs du Pa­laisBour­bon, comme dé­pu­té des Al­pesde-Haute-Pro­vence. Dès que le nou­veau pré­sident du groupe LREM prend la pa­role pour in­ter­ro­ger le Pre­mier mi­nistre sur le plan de re­lance, les cris fusent, des bancs de la droite et de la gauche. Im­pas­sible, « Cas­ta » pour­suit, in­au­dible. La stra­té­gie du gou­ver­ne­ment en ma­tière sa­ni­taire est ra­pi­de­ment sous le feu des cri­tiques. Le dé­pu­té so­cia­liste Alain Da­vid dé­nonce « l’in­co­hé­rence entre le ton [de l’exé­cu­tif] et la réa­li­té des chiffres » des conta­mi­na­tions, mais aus­si l’« ab­sence d’an­ti­ci­pa­tion » et le «manque ma­ni­feste de co­or­di­na­tion» entre les an­nonces gou­ver­ne­men­tales et les me­sures prises à l’échelle lo­cale, en Gi­ronde ou dans les Bouches-du-Rhône, no­tam­ment. «L’Etat, au­jourd’hui, c’est pas for­cé­ment un Etat qui dé­cide tout de­puis Pa­ris ! », ri­poste Jean Cas­tex, ap­plau­di par les mar­cheurs et la droite.

« Que se passe-t-il ? »

La ques­tion de la ren­trée sco­laire a fait mon­ter un peu plus la ten­sion en fin de séance. « C’est la deuxième ren­trée sous Covid, vous aviez le temps de l’or­ga­ni­ser. Que se passe-t-il ? », lance le dé­pu­té in­sou­mis de l’Ariège Mi­chel La­rive à Jean-Mi­chel Blan­quer, cha­hu­té par l’op­po­si­tion. En ré­ponse, le mi­nistre de l’Edu­ca­tion at­taque le pa­tron des in­sou­mis, ac­cu­sant JeanLuc Mé­len­chon, qui avait dé­cla­ré en avril qu’il n’en­ver­rait pas son en­fant à l’école le 11 mai, de des­ser­vir les « en­fants les plus dé­fa­vo­ri­sés ». « Nous avons fait la ren­trée la plus nor­male pos­sible dans des cir­cons­tances que cha­cun re­con­naît comme par­ti­cu­liè­re­ment com­pli­quées », en­fonce le mi­nistre, sous les huées de la gauche.

Dès que Ch­ris­tophe Cas­ta­ner prend la pa­role, les cris fusent, à droite et à gauche.

Le Pre­mier mi­nistre, Jean Cas­tex, mardi à l’As­sem­blée na­tio­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.