«Lu­pin III, The First» veut élar­gir le pu­blic du cé­lèbre voleur

Ta­ka­shi Ya­ma­za­ki re­donne de l’éner­gie au hé­ros de son enfance dans « Lu­pin III, The First »

20 Minutes (Lyon) - - LA UNE - Ca­ro­line Vié

C’est à l’âge de 9 ans que Ta­ka­shi Ya­ma­za­ki, réa­li­sa­teur de Lu­pin III : The First, a dé­cou­vert le dé­tec­tive cam­brio­leur des­cen­dant d’Ar­sène Lu­pin, créé en 1967 par le man­ga­ka Mon­key Punch (lire ci-des­sous). « On y voyait un per­son­nage fé­mi­nin prendre une douche, ce qui m’a mar­qué pour la vie, se sou­vient-il pour 20 Mi­nutes en riant. Lu­pin lui-même est en­suite de­ve­nu l’un de mes hé­ros fa­vo­ris. » Ce n’est pas ce cô­té co­quin qu’on re­trouve dans son film, sé­lec­tion­né au fes­ti­val d’An­ne­cy. Le ci­néaste ja­po­nais in­siste plu­tôt sur l’ac­tion do­mi­nant les tri­bu­la­tions du per­son­nage, tan­dis qu’il re­cherche un tré­sor dans le monde en­tier. « J’ai vou­lu re­trou­ver l’éner­gie du ci­né­ma d’aven­tures des an­nées 1980, avec beau­coup d’hu­mour et d’ac­tion », pré­cise-t-il. Pour­suites à fond de train, éva­sions spec­ta­cu­laires et gags bon en­fant sont les in­gré­dients de cette fresque d’ani­ma­tion me­née pied au plan­cher.

Des gra­phismes mo­der­ni­sés

« Mais, au­jourd’hui, on ne consi­dère plus l’ani­ma­tion de la même fa­çon qu’il y a qua­rante ans, es­time Ta­ka­shi Ya­ma­za­ki. J’ai donc mo­der­ni­sé les gra­phismes en pre­nant soin de ne pas tra­hir l’es­prit de l’uni­vers ori­gi­nal. » Le but du ci­néaste était d’at­ti­rer les fans, mais aus­si les spec­ta­teurs qui ne connaissen­t pas en­core Lu­pin : « C’est pour ce­la que j’ai te­nu à gar­der un style man­ga au trait et aux mou­ve­ments vo­lon­tai­re­ment exa­gé­rés, tout en pro­fi­tant des avan­tages tech­niques que pou­vait m’ap­por­ter l’ani­ma­tion 3D. »

Le ci­néaste, éga­le­ment connu pour ses films en prises de vues réelles (Space Bat­tle­ship en 2011 ou Ka­mi­kaze, le Der­nier As­saut en 2015), a adap­té le rythme de ses oeuvres pré­cé­dentes à Lu­pin : « Le per­son­nage n’en fait qu’à sa tête. Ce re­belle peut chan­ger d’avis en une se­conde, et je vou­lais que cette éner­gie se res­sente dans la mise en scène. » Epau­lé par un gang de sym­pa­thiques pieds ni­cke­lés, dé­fié par une belle aven­tu­rière, cour­ti­sé par une char­mante hé­ri­tière et pour­sui­vi par un flic ré­so­lu, le hé­ros à la veste rouge n’a pas fi­ni d’en­traî­ner le pu­blic à ses trousses. Ta­ka­shi Ya­ma­za­ki songe dé­jà à un nou­veau film le met­tant en scène.

Le réa­li­sa­teur ja­po­nais a mo­der­ni­sé le per­son­nage tout en conser­vant ses ori­gines man­ga.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.