Un bro­can­teur re­cons­ti­tue les plus beaux ex­ploits des Her­biers en Coupe de France avec des fi­gu­rines Play­mo­bil

Le bro­can­teur Pa­trice Dous­sin re­trace l’épo­pée des Her­biers avec des fi­gu­rines Play­mo­bil

20 Minutes (Marseille) - - La Une - Pro­pos re­cueillis par William Pe­rei­ra

En avant les his­toires. On ne pou­vait pas in­tro­duire le per­son­nage phare de la de­mi-fi­nale de Coupe de France entre les Her­biers et Cham­bly (21 h) sans évo­quer la de­vise de la marque Play­mo­bil. Par « per­son­nage phare », on ne dé­signe ni un joueur ni un coach mais Pa­trice Dous­sin. Ce bro­can­teur a re­cons­ti­tué les ex­ploits du club ven­déen dans la com­pé­ti­tion à par­tir de fi­gu­rines retapées.

A quel mo­ment vous êtes-vous dit « Et si je trans­for­mais des Play­mo­bil en joueurs de foot des Her­biers » ?

Tech­ni­que­ment, je n’ai rien in­ven­té. Les rois de France sont le plus sou­vent abor­dés dans la re­touche de fi­gu­rines. Mais je pré­fère le foot. J’ai com­men­cé l’an­née der­nière avec le match contre Guin­gamp. Ça avait été ex­po­sé dans un bar. Puis, j’ai fait Lens, Auxerre et main­te­nant, Cham­bly.

Vous avez même réa­li­sé les sup­por­ters de Cham­bly...

Oui. Avec cette « no­to­rié­té », j’ai des contacts avec des gens de Cham­bly. Ce sont li­mite des amis. Avant la de­mie à la Beau­joire, on a pré­vu de se voir. Je vais leur ap­por­ter les fi­gu­rines.

Quelles créa­tions ont été les plus dif­fi­ciles à réa­li­ser ?

Les che­veux et les barbes, c’est ce qu’il y a de plus dur à faire. Pour l’un des deux di­ri­geants des Her­biers, qui a des che­veux blancs coif­fés en ar­rière, j’ai pas­sé un temps abo­mi­nable. Il faut que ce soit pré­cis, ce sont des gens connus.

Vous mar­ty­ri­sez les ge­noux des Play­mo­bil, pa­raît-il…

Un Play­mo­bil a les jambes raides donc si on veut les plier, il faut les cas­ser et les re­col­ler. Plier les ge­noux des joueurs, c’est com­pli­qué à faire. Après, il faut mas­quer tout ça.

Se­riez-vous ca­pable de faire un joueur en train d’exé­cu­ter un pas­se­ment de jambes ?

Tout est réa­li­sable, mais ça de­mande un de­gré de com­pé­tences su­pé­rieur au mien. Il y a une jambe raide et l’autre pliée, sans comp­ter qu’il y a l’équi­libre à as­su­rer.

Comment gé­rez-vous votre temps ?

Je com­mence à tra­vailler à 3 h ou 4 h, je fais une pause et me re­pose jus­qu’à 7 h ou 8 h. Puis, je vais au PMU pour m’im­pré­gner de l’am­biance… Vi­ve­ment qu’on gagne la Coupe de France que je re­prenne un rythme de tra­vail nor­mal (rires).

« J’ai pas­sé un temps abo­mi­nable sur un des deux di­ri­geants. »

Il a re­cons­ti­tué les sup­por­ters de Cham­bly, ad­ver­saire des Her­biers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.