L’an­ti­ter­ro­risme prend forme

« 20 Mi­nutes » a sui­vi l’Agence fran­çaise de dé­ve­lop­pe­ment (AFD) au Ni­ger, pays si­tué dans une zone où les at­ten­tats sont fré­quents et la ré­ponse ju­di­ciaire dé­faillante. L’AFD y forme de fu­turs ma­gis­trats, no­tam­ment.

20 Minutes (Marseille) - - NEWS - * Re­por­tage réa­li­sé à l’in­vi­ta­tion de l’AFD. De notre en­voyé spé­cial au Ni­ger, Vincent Van­ti­ghem

Un trou en pleine tête. Des yeux ré­vul­sés. La photo du ter­ro­riste mort a été pro­je­tée sur le mur de la salle de classe. Sam­na Chei­bou en a vu d’autres. « Re­gar­dez bien la bombe sous sa veste, in­siste le pro­cu­reur de Nia­mey. Vous voyez les câbles ? Quand vous ren­con­trez quel­qu’un qui re­cherche des fils élec­triques, ce­la doit donc at­ti­rer votre at­ten­tion... » C’est plus une évi­dence qu’un cours ma­gis­tral d’an­ti­ter­ro­risme. Pour­tant, les seize élèves en­cra­va­tés de la toute nou­velle Ecole de for­ma­tion ju­di­ciaire du Ni­ger s’ap­pliquent à re­co­pier, mot pour mot, la le­çon dans leurs pe­tits ca­hiers à grands car­reaux. Même les conseils les plus ba­siques sont bons à prendre, vu l’am­pleur de la tâche qui les at­tend, une fois di­plô­més. Avec seule­ment 398 ma­gis­trats et 145 avo­cats pour 20 mil­lions d’ha­bi­tants, le Ni­ger connaît ac­tuel­le­ment une crise ju­di­ciaire d’au­tant plus grave que ses 6 000 km de fron­tières sont gan­gré­nés par les mou­ve­ments ter­ro­ristes. Bo­ko Ha­ram à l’est. Al-Qaï­da au Magh­reb is­la­mique au nord. Le Mou­ve­ment pour l’uni­ci­té et le dji­had en Afrique de l’Ouest, à la fron­tière avec le Ma­li...

Pour pré­ve­nir les risques d’at­ten­tats, des plots en bé­ton ont été ins­tal­lés de­vant les hô­tels de Nia­mey. Et les gardes vé­ri­fient jus­qu’au conte­nu de la boîte à gants de chaque vé­hi­cule. Mais ce n’est qu’une goutte d’eau au mi­lieu du dé­sert ju­di­ciaire. « Der­rière, la chaîne pé­nale est com­plè­te­ment dé­faillante », se dé­sole un di­plo­mate. Pour y re­mé­dier, l’Agence fran­çaise de dé­ve­lop­pe­ment (AFD)* mène donc un pro­jet d’ap­pui à la jus­tice, do­té de six mil­lions d’eu­ros de fonds d’ur­gence eu­ro­péens. « Il faut com­men­cer par re­voir toutes les pro­cé­dures, ex­plique Franck Le­roy, char­gé de mis­sion pour l’AFD. Car, bien sou­vent, la plu­part des sus­pects sont libérés en rai­son de vices de forme... »

Pour évi­ter ça à l’ave­nir, le pro­cu­reur de Nia­mey a fait dis­tri­buer des for­mu­laires pré-rem­plis aux forces de sé­cu­ri­té. « Ils n’ont plus qu’à co­cher “oui” ou “non” dé­sor­mais quand ils pro­cèdent à des ar­res­ta­tions, jus­ti­fie-t-il. Ce­la de­vrait per­mettre d’évi­ter les er­reurs. » Et puis, on leur a éga­le­ment ex­pli­qué qu’il ne fal­lait pas per­qui­si­tion­ner des lo­ge­ments sus­pects sans avoir eu l’ac­cord du juge. Ou en­core que ce­la ne ser­vait à rien de sai­sir tous les té­lé­phones por­tables sans avoir no­té, au préa­lable, à qui ils ap­par­tiennent. « Je me sou­viens d’une vague d’ar­res­ta­tions de membres de Bo­ko Ha­ram, ex­plique Fran­çois Bo­ko, avo­cat et chef des ex­perts pour le pro­jet de l’AFD. Sur 800 sus­pects, seuls 25 ont été em­pri­son­nés. Les autres ont dû être re­lâ­chés à cause de vices de pro­cé­dure. Il y a en­core beau­coup de tra­vail à ac­com­plir... » Mais les ef­fets se font sen­tir. Se­lon le pro­cu­reur de Nia­mey, les pre­miers pro­cès ter­ro­ristes ont dé­bu­té. « Et vis-à-vis d’eux, on a de sé­rieux in­dices ! »

Avec 398 ma­gis­trats et 145 avo­cats, le Ni­ger connaît une crise ju­di­ciaire.

Un dis­po­si­tif an­ti­ter­ro­riste à Nia­mey (Ni­ger). A nos lecteurs. Chaque mar­di, re­trou­vez «20 Mi­nutes» en ver­sion PDF sur le site et les ap­pli­ca­tions mo­biles. Et sui­vez l’ac­tua­li­té sur tous nos sup­ports nu­mé­riques.

Sam­na Chei­bou, le pro­cu­reur de Nia­mey, la ca­pi­tale du Ni­ger, donne un cours aux fu­turs ma­gis­trats du pays.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.