La mai­rie trouve des places aux fo­rains le temps des tra­vaux

Ré­no­va­tion La mai­rie et les fo­rains de la Plaine ont trou­vé une is­sue du­rant les tra­vaux de la place, ils se­ront ré­par­tis à la Jo­liette et au Pra­do

20 Minutes (Marseille) - - LA UNE - Adrien Max

« Tout à 3 €, on li­quide », « Ah ça, il en faut de la pa­tience, ça change tous les jours. » En ten­dant l’oreille mar­di ma­tin, les dis­cus­sions sur la Plaine tournent au­tour du sort du mar­ché. Ma­rie-Louise Lot­ta, ad­jointe (LR) aux em­pla­ce­ments pu­blics, avait pour­tant lâ­ché « le mar­ché de la Plaine, c’est fi­ni » à la sor­tie du con­seil mu­ni­ci­pal, comme le rap­porte Mar­sac­tu.

Mais les fo­rains étaient bien là mar­di ma­tin, et en nombre. « On est al­lés à Sé­bas­to­pol, mais il n’y avait per­sonne. Du coup, on est ve­nus à la Plaine. On a vu que des fo­rains dé­bal­laient, donc on s’est ins­tal­lés ici. Ça change tous les jours », ra­content Georges et sa femme, sur ce mar­ché de­puis 45 ans. Ça ne de­vrait bien­tôt plus chan­ger, une so­lu­tion ayant été trou­vée un peu plus tard dans l’après-mi­di. « Il a été dé­ci­dé qu’une moi­tié ira à la Jo­liette, et l’autre sur le Pra­do. Nous sommes ra­vis d’avoir trou­vé une so­lu­tion », ex­plique Stéphan*, dé­lé­gué syn­di­cal. Jeu­di se­ra donc le der­nier mar­ché de la Plaine avant le dé­but des tra­vaux.

« Un quar­tier tou­ris­tique »

Face à la gronde et au blo­cage de Mar­seille, les tra­vaux avaient été re­pous­sés plu­sieurs fois dé­jà. « Nous ne vou­lions pas être di­vi­sés dans une mul­ti­tude de mar­chés. Là, ces deux gros pôles sont conve­nables. A nous de faire le bou­lot dé­sor­mais », pré­cise Stéphan, dont la fa­mille est pré­sente sur le mar­ché de la Plaine de­puis trois gé­né­ra­tions. Lun­di en con­seil mu­ni­ci­pal, Jean-Claude Gaudin consi­dé­rait pour­tant avoir fait le maxi­mum : « On a es­sayé de ca­ser le plus grand nombre de ces fo­rains, de faire un geste sur les dé­penses que pou­vaient en­traî­ner ces dif­fi­cul­tés. Je consi­dère que nous avons fait le maxi­mum. » Sur la place, fo­rains comme clients s’ac­cordent sur la né­ces­si­té de ré­no­ver l’en­droit. Mais la mé­thode est lar­ge­ment contes­tée. « Ma­dame Lot­ta est très cli­vante. Elle cherche à ra­cia­li­ser cette his­toire, en op­po­sant les dif­fé­rents fo­rains pour faire de la Plaine un quar­tier tou­ris­tique et un mar­ché pro­ven­çal. Elle ne veut plus de la po­pu­la­tion qui est la clien­tèle qu’on ra­mène », consi­dère Do­la­po, sur le mar­ché de­puis 1998. Sté­phane par­tage cet avis. « Nous sommes fo­rains avant d’être de telle com­mu­nau­té. On tra­vaille tous les jours en­semble, mais ils veulent nous di­vi­ser, mettre une mau­vaise am­biance. Jus­qu’au point où on se dis­pute et c’est ce qui ar­rive, je viens de perdre une ami­tié », re­grette-t-il. Reste dé­sor­mais à convaincre le reste des op­po­sants aux tra­vaux. Gé­rard Che­noz, pré­sident de l’or­ga­nisme char­gé des tra­vaux, n’est pas in­quiet. « Je ne crains rien. 99 % de la po­pu­la­tion sou­haite ces tra­vaux », avance-t-il. Ils de­vraient dé­bu­ter « sous peu ».

Le der­nier mar­ché de la Plaine avant les tra­vaux se tien­dra jeu­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.