Eco­lo, moi ? J’ai pas fait ex­près !

La mé­thode «nudge», prô­née par l’en­tre­pre­neur pro­ven­çal Sé­bas­tien Mé­ri­gout, rend les com­por­te­ments plus du­rables

20 Minutes (Marseille) - - GRAND MARSEILLE - Jean Saint-Marc

Il y a un an, qua­si­ment jour pour jour, le No­bel d’éco­no­mie a chan­gé la vie de Sé­bas­tien Mé­ri­gout. Cet ha­bi­tant de Châ­teau­neuf-les-Mar­tigues n’a pas re­çu le prix – on vous en au­rait par­lé, quand même. C’est l’éco­no­miste amé­ri­cain Ri­chard Tha­ler, le père fon­da­teur du « nudge », pe­tit geste éco­lo, qui a été ré­com­pen­sé. Un li­bé­ral aux che­veux blancs, qui ne croit pas en la théo­rie du ruis­sel­le­ment. Pour­tant, le No­bel a ruis­se­lé jus­qu’à Sé­bas­tien Mé­ri­gout. « J’ai lan­cé mon ac­ti­vi­té en juillet 2017… En oc­tobre, Tha­ler re­çoit le No­bel. Comme on est sur des mé­thodes nou­velles, ça m’a beau­coup ai­dé à ras­su­rer les in­ter­lo­cu­teurs », ra­conte Sé­bas­tien Mé­ri­gout, qui, un an plus tard, est en­core « en phase d’évan­gé­li­sa­tion ». Il a prê­ché la bonne pa­role de­vant le ju­ry du prix Au­dace, à Mar­seille. Et il a été en­ten­du : la fon­da­tion Le Roch - Les Mous­que­taires lui a at­tri­bué 4 000 € mer­cre­di. Ma­ry­vonne Le Roch-No­ce­ra, vice-pré­si­dente de la fon­da­tion, a été sé­duite par sa pé­da­go­gie : « Il a com­men­cé par nous mon­trer une image : deux mains qui ap­plau­dissent. Et juste à cô­té, un buz­zo­mètre. Plus on ap­plau­dis­sait, plus on ac­ti­vait la me­sure. On a com­pris sans qu’il nous l’ex­plique. »

Des mouches aux toi­lettes

« On tra­vaille sur l’au­to­ma­tisme, le jeu, pour chan­ger les com­por­te­ments », dé­ve­loppe Sé­bas­tien Mé­ri­gout. L’exemple le plus connu : de fausses mouches col­lées au fond des uri­noirs de l’aé­ro­port d’Am­ster­dam. L’ex­pé­rience a per­mis à l’aé­ro­port de ré­duire de 80 % ses dé­penses de net­toyage des toi­lettes pour hommes. Un exemple frap­pant, mais qui ne fa­ci­lite pas la vie de Sé­bas­tien Mé­ri­gout : « Le pro­blème, c’est que les gens se disent “un nudge, ce n’est pas cher !”. Ef­fec­ti­ve­ment, l’au­to­col­lant n’a pas coû­té cher. Mais avant, il y a tout un pro­ces­sus, des études eth­no­lo­giques, un nudge lab pour trou­ver des so­lu­tions, les tes­ter, les dé­ployer… Et ça, ça de­mande un cer­tain bud­get ! » C’est là que Sé­bas­tien Mé­ri­gout in­ter­vient, en pro­po­sant ses ser­vices aux en­tre­prises et aux col­lec­ti­vi­tés qui veulent rendre plus éco­lo­giques les pra­tiques de leurs sa­la­riés. En­core un exemple : avec l’as­so­cia­tion mar­seillaise Re­cy­clop, l’au­to-en­tre­pre­neur a conçu un cen­drier lu­dique qui ré­colte, dit-il, « 45 % de mé­gots en plus par rap­port à un cen­drier clas­sique ». Comme le dit le proverbe, il n’y a pas de pe­tite vic­toire. Sé­bas­tien Mé­ri­gout rêve tou­te­fois de suc­cès bien plus grands : « Avant, quand j’étais dans la com et dans la pub, je bos­sais pour des boîtes comme Co­ca-Co­la, qui ne cor­res­pondent pas à mes va­leurs. Au­jourd’hui, si je bosse pour Co­ca, ce se­ra pour faire évo­luer le mo­dèle éco­no­mique vers quelque chose de plus du­rable. » Et s’il y ar­rive, c’est le prix No­bel de la paix qu’il fau­dra lui fi­ler.

Ce cen­drier-son­dage est un exemple de «nudge», pe­tit geste éco­lo ano­din.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.