Une autre idée du deuil

A l’oc­ca­sion de la Tous­saint, « 20 Mi­nutes » se penche sur les fu­né­railles laïques. En­core mé­con­nues, ces cé­ré­mo­nies per­mettent une per­son­na­li­sa­tion de l’adieu.

20 Minutes (Marseille) - - LA UNE - Oi­ha­na Ga­briel

Comment ho­no­rer la mé­moire d’un être cher tout en le res­pec­tant ? Sur­tout quand ce proche n’était pas croyant? Il ar­rive que les fa­milles se re­trouvent de­vant un in­sa­tis­fai­sant di­lemme : pas­sage obli­gé par l’église ou ab­sence de cé­ré­mo­nie. Comment, alors, or­ga­ni­ser un en­ter­re­ment laïc? Del­phine a per­du sa com­pagne en 2016. «Avant sa mort, on a pu par­ler de ses sou­haits, je sa­vais donc que ça se­rait une in­ci­né­ra­tion, au Père-La­chaise et dans un lieu oe­cu­mé­nique», ra­conte-t-elle. Le reste, elle l’a im­pro­vi­sé. Un dra­peau arc-en-ciel sur le cer­cueil, une tête de Boud­dha, Da­vid Bo­wie à pleins tubes… « Cette cé­lé­bra­tion m’a ai­dée dans mon tra­vail de deuil », sou­ligne-t-elle. Et pour­tant, dire adieu hors des codes n’est pas tou­jours bien vu. «C’est très oc­ci­den­tal, notre fa­çon d’en­ter­rer. Dans plein de pays, on fait la fête ! » re­marque Sa­rah Du­mont.

An­cienne jour­na­liste, di­plô­mée de l’Es­pace éthique de l’AP-HP en deuil et tra­vail de deuil, elle ali­mente de­puis avril Hap­py End. Dans ce blog, elle fait connaître les en­ter­re­ments laïcs, aide les fa­milles à les per­son­na­li­ser et, plus lar­ge­ment, es­saie de li­bé­rer la pa­role au­tour de la mort et du deuil. D’ailleurs, ajoute-t-elle, « les psy­cho­logues le disent, plus on est en paix avec sa mort, mieux on vit sa vie ». Mais or­ga­ni­ser un en­ter­re­ment laïc n’est pas une mince af­faire. En rai­son du manque d’en­droits. Au­jourd’hui, c’est dans les fu­né­ra­riums, au do­mi­cile du dé­funt, dans les cré­ma­to­riums ou au ci­me­tière qu’ils sont don­nés. A condi­tion que la mé­téo le per­mette…

Un mé­tier de fu­ne­ral plan­ner ?

Sa­rah Du­mont plaide, elle, pour qu’ils aient lieu dans les mai­ries, qui or­ga­nisent dé­jà des bap­têmes et des ma­riages ci­vils. Une pro­po­si­tion de loi so­cia­liste en ce sens avait été adop­tée à l’As­sem­blée en no­vembre 2016. Avant d’être blo­quée au Sé­nat. Mais il ar­rive que des salles com­mu­nales, des pé­niches, des lieux d’or­di­naire fes­tifs ac­ceptent cette de­mande peu com­mune. Qui pour­rait croître, se­lon Sa­rah Du­mont, au re­gard du nombre de tren­te­naires qui sou­haitent an­ti­ci­per leur propre cé­ré­mo­nie pour ne pas lais­ser ce poids à leurs proches. A ses yeux, d’ailleurs, il n’est pas im­pos­sible que le mé­tier de fu­ne­ral plan­ner, à l’image de l’or­ga­ni­sa­teur de ma­riage, se dé­ve­loppe.

Or­ga­ni­ser une cé­ré­mo­nie laïque n’est pas fa­cile, à cause du manque de lieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.