Dra­gui­gnan La pos­sible ar­ri­vée d’une console dans la pri­son in­quiète

Un syn­di­cat de sur­veillants s’est in­di­gné de l’achat d’une console PS4 pour les dé­te­nus de la mai­son d’ar­rêt de Dra­gui­gnan

20 Minutes (Marseille) - - NEWS - Ma­thilde Cou­sin

Est-il pos­sible de jouer à une console PS4 en dé­ten­tion ? Le syn­di­cat FO pé­ni­ten­tiaire s’in­quiète dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé le 3 no­vembre de l’achat de cette console, qui peut être connec­tée à In­ter­net, pour la mai­son d’ar­rêt de Dra­gui­gnan (Var). Cet ap­pa­reil « n’a pas sa place en dé­ten­tion », se­lon le syn­di­cat. « Il dis­pose d’un ré­cep­teur Wi-Fi d’ori­gine et a be­soin d’un ac­cès à In­ter­net ré­gu­liè­re­ment pour pou­voir fonc­tion­ner, écrit FO pé­ni­ten­tiaire. On rap­pelle éga­le­ment que cet ap­pa­reil est très oné­reux et fra­gile. » Se­lon ces sur­veillants, la di­rec­tion de la pri­son a pris la dé­ci­sion d’ins­tau­rer cette nou­velle ac­ti­vi­té.

Contac­té par 20 Mi­nutes, Jean-Paul Ca­niaux, le se­cré­taire lo­cal à Dra­gui­gnan, nuance : « La console a été fi­nan­cée par une as­so­cia­tion. Elle est en cours d’ac­qui­si­tion. » L’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire pré­cise à 20 Mi­nutes que c’est une as­so­cia­tion so­cio­cul­tu­relle qui a ache­té la console, et non pas la di­rec­tion comme il est écrit dans le tract, même si celle-ci a un droit de re­gard.

Tour­nois entre pri­son­niers

Cette ac­qui­si­tion in­quiète Jean-Paul Ca­niaux de FO. « Ce ma­té­riel est in­ter­dit en dé­ten­tion, rap­pelle-t-il. Il peut être dan­ge­reux pour la sé­cu­ri­té, sa­chant qu’elle laisse à dé­si­rer. Nous n’avons pas de mi­ra­dor, de fi­lets an­ti-éva­sion. » Des craintes re­je­tées par l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire : « la console ne se­ra pas connec­tée à In­ter­net ». Si les dé­te­nus peuvent pos­sé­der cer­tains équi­pe­ments in­for­ma­tiques, le jeu en ligne ain­si que la pos­ses­sion de consoles de jeux vi­déo avec tech­no­lo­gies sans fil sont in­ter­dits.

En 2013, un dé­te­nu qui pos­sé­dait une PS3, connec­table à In­ter­net, s’est vu confis­quer sa console. « Seule une ver­sion de XBOX 360 (ver­sion ar­cade) est par exemple to­lé­rée », pré­cise l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire, cette console ne pos­sé­dant de connexion Wi-Fi na­tive. La dé­ten­tion de ce mo­dèle est elle aus­si sou­mise à au­to­ri­sa­tion. A Dra­gui­gnan, la PS4 se­ra ins­tal­lée dans une salle d’ac­ti­vi­tés ré­ser­vée aux dé­te­nus qui s’en­gagent à res­pec­ter le rè­gle­ment in­té­rieur, la par­ti­ci­pa­tion aux tâches do­mes­tiques ou à des ac­ti­vi­tés de ré­in­ser­tion… La di­rec­tion « au­ra un droit re­gard sur le type de jeu » qui se­ra pro­po­sé aux dé­te­nus. Toutes les ac­ti­vi­tés pro­po­sées sont éva­luées en fonc­tion de la « plus-va­lue » qu’elles offrent. Les jeux vi­déo per­mettent de (ré) ap­prendre « le res­pect des règles » ou « le res­pect des autres », dé­taille le re­pré­sen­tant de l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire. Dra­gui­gnan, n’est pas la pre­mière à pro­po­ser une ani­ma­tion au­tour des jeux vi­déo. A la cen­trale de SaintMaur, un sur­veillant or­ga­nise des tour­nois entre pri­son­niers, comme le rap­porte le ma­ga­zine Ca­nard PC.

Une PS4, sans connexion In­ter­net, se­ra ins­tal­lée à Dra­gui­gnan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.