Gau­din « ne re­grette rien »

Po­li­tique Quatre jours après l’ef­fon­dre­ment de trois im­meubles rue d’Au­bagne, le maire de Mar­seille a don­né une confé­rence de presse

20 Minutes (Marseille) - - GRAND MARSEILLE - Ma­thilde Ceilles

Après plu­sieurs jours d’ab­sence, jeu­di, de­vant la presse, en­tou­ré d’une de­mi-dou­zaine d’élus, Jean-Claude Gau­din a en­fin pris la pa­role. Une confé­rence du­rant la­quelle de nom­breuses ques­tions ont été sou­le­vées, sans que l’on ait tou­te­fois tou­jours les ré­ponses. › « Re­gar­dez la pho­to Google. » Au len­de­main de la confé­rence de presse du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique sur l’en­quête ou­verte, la mai­rie est au centre des at­ten­tions. En ef­fet, l’un des im­meubles au­jourd’hui ef­fon­drés, le 63, ap­par­te­nait de­puis 2017 à Mar­seille Ha­bi­tat, après dix ans de pro­cé­dure. La ville avait pris un ar­rê­té de pé­ril grave et im­mi­nent sur cet im­meuble le 23 sep­tembre 2005, ar­rê­té qu’elle avait le­vé le 23 juin 2006 « après mise en sé­cu­ri­té ». Or, se­lon plu­sieurs té­moi­gnages, le 63 était dé­pour­vu de toit. Face aux jour­na­listes, Ar­lette Fruc­tus, ad­jointe au maire char­gée du lo­ge­ment, sort de sa po­chette en car­ton… une cap­ture d’écran Google Street de cet im­meuble, qui lui ap­par­tient en tant que pré­si­dente de l’of­fice HLM. « Re­gar­dez la pho­to sur Google, il y a bien un toit là ! » « Quand cette pho­to a-t-elle été prise ? », lui de­mande-t-on. « Re­gar­dez sur Google », re­dit-elle, avant de quit­ter la confé­rence de presse.

› « On ne peut pas com­pa­rer. » De­puis plu­sieurs jours, cer­tains af­firment que la mu­ni­ci­pa­li­té pré­fère in­ves­tir dans d’autres pro­jets que l’ha­bi­tat in­sa­lubre. Elle a ain­si ré­cem­ment in­ves­ti 56 mil­lions d’eu­ros dans la construc­tion d’une pa­ti­noire. Jean-Claude Gau­din re­grette-t-il ses choix po­li­tiques ? « Je ne re­grette rien, af­firme-t-il. On ne peut pas com­pa­rer. La pa­ti­noire a été payée en­tiè­re­ment par la ville de Mar­seille, et c’est un suc­cès. »

› « Dé­mis­sion­ner? » In­ter­ro­gé sur la res­pon­sa­bi­li­té de la mai­rie dans ce drame qui jus­ti­fie­rait une dé­mis­sion, Jean-Claude Gau­din a ba­layé l’hy­po­thèse d’un re­vers de main. « Dé­mis­sion­ner ? Vous croyez que le ca­pi­taine dé­mis­sionne quand il y a une tem­pête ? » a-t-il lan­cé. Le maire de Mar­seille a es­ti­mé que « l’heure n’est pas aux po­lé­miques et à l’ex­pres­sion d’in­té­rêts par­ti­cu­liers ».

Jean-Claude Gau­din et Ar­lette Fruc­tus, ad­jointe char­gée du lo­ge­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.