Hand­ball

Contre le Da­ne­mark (29-23), la France a en­chaî­né un troi­sième suc­cès de rang, jeu­di à Nantes, lors du tour prin­ci­pal de l’Eu­ro

20 Minutes (Marseille) - - SPORTS - A Nantes, Da­vid Phe­lip­peau

Même pas peur. Le pu­blic nan­tais du Hall XXL n’a pas eu le temps d’avoir des fris­sons bien long­temps, pour le pre­mier match de l’équipe de France dans la ci­té des Ducs, jeu­di soir. Huit pe­tites mi­nutes de jeu, en fait (4-4). En­suite, les Bleues, cham­pionnes du monde en titre et vice-cham­pionnes olym­piques, ont dé­rou­lé face à des Da­noises qui ont ra­pi­de­ment com­pris qu’elles ne pour­raient rien faire face à la fu­ria of­fen­sive fran­çaise et une Aman­dine Ley­naud im­pé­riale dans le but. Ré­sul­tat : un suc­cès tran­quille (29-23) dans cette pre­mière ren­contre du tour prin­ci­pal.

Si­ra­ba Dem­bé­lé

« Je pense que ce n’est même pas fa­cile pour un pu­blic de res­ter concen­tré, ri­gole Ca­mille Ay­glon-Sau­ri­na. Quand tu as sept ou huit buts d’avance, c’est dif­fi­cile d’être chaud et bouillant. Mais si on peut avoir que des scores comme ça, je signe tout de suite… » Oli­vier Krumb­holz aus­si. Le sé­lec­tion­neur des Bleues s’est même per­mis de faire tour­ner son ef­fec­tif au fil d’un match to­ta­le­ment maî­tri­sé. Nia­ka­té (2/2 au tir) et Zaa­di (4/4) ont eu le droit de gam­ba­der sur le par­quet nan­tais pen­dant de longues mi­nutes. « Il fal­lait sou­la­ger un peu les ti­tu­laires et sor­tir cer­taines joueuses du banc, re­con­naît Krumb­holz. On au­ra bien be­soin de punch dans cette deuxième moi­tié d’Eu­ro. » Sa­me­di, ça se­ra la Suède (15 h), mer­cre­di, la Ser­bie (21 h). Pour at­teindre les de­mi-fi­nales, les Bleues doivent pri­vi­lé­gier le sans-faute. Et vu leur pres­ta­tion lors des trois der­niers matchs, on voit mal ce qui pour­rait les em­pê­cher de se his­ser dans le der­nier car­ré.

Une éton­nante sé­ré­ni­té se dé­gage de cette for­ma­tion, pour­tant bat­tue lors du match d’ou­ver­ture par la Rus­sie (23-26). « On met la pres­sion. Mais ça fait trois matchs qu’on met la pres­sion, qu’on do­mine », s’aga­ce­rait presque Krumb­holz. En at­ten­dant, face aux Da­noises, les Bleues au­raient-elles si­gné leur vic­toire la plus abou­tie ? « Je ne sais pas, car après chaque match, on me dit ça, s’amuse Al­li­son Pi­neau. C’est une pres­ta­tion très maî­tri­sée. On s’est mis en place et en ordre de marche au fil du match, avec en plus Aman­dine [Ley­naud] qui fai­sait les ar­rêts der­rière. » La gar­dienne a dé­goû­té les Scan­di­naves, avec plus de 40% d’ar­rêts. «Comme d’ha­bi­tude, elle a fer­mé la bou­tique, se ré­jouit Si­ra­ba Dem­bele. C’est vrai que, pour les ad­ver­saires, ce n’est pas mar­rant quand on ar­rête tous tes tirs. » Et quand, de l’autre cô­té du ter­rain, on rentre tous les shoots, le sou­rire ne s’af­fiche pas sur les vi­sages. N’est-ce pas, le Da­ne­mark ?

« Pour les ad­ver­saires, ce n’est pas mar­rant quand on ar­rête tous tes tirs.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.