Coup de théâtre sur grand écran

20 Minutes (Marseille) - - CINÉMA - C.V.

Alexis Mi­cha­lik peut être fier de lui. En trans­for­mant sa pièce de théâtre Ed­mond en long-mé­trage, il concré­tise un rêve : c’est d’abord sous la forme d’un scé­na­rio de ci­né­ma que le dra­ma­turge avait ima­gi­né son pro­jet re­la­tant l’écri­ture de Cy­ra­no de Ber­ge­rac. Cinq mo­lières plus tard, voi­ci la même his­toire sous forme de fresque luxueuse re­la­tant com­ment Ed­mond Ros­tand (1868-1918) a créé son chef-d’oeuvre en 1897, alors qu’il se croyait rui­né.

C’est à Tho­mas So­li­vé­rès qu’Alexis Mi­cha­lik a confié le rôle-titre. Il s’est, quant à lui, at­tri­bué ce­lui de son ri­val Georges Fey­deau, en un clin d’oeil sa­vou­reux. Oli­vier Gour­met, éblouis­sant, in­carne Cons­tant Co­que­lin, co­mé­dien qui créa le rôle de Cy­ra­no ; et Clé­men­tine Cé­la­rié campe la fas­ci­nante ac­trice Sa­rah Bern­hardt.

Un Pa­ris idéa­li­sé

Le Pa­ris de la Belle Epoque a été re­cons­ti­tué avec beau­coup de soin à Prague pour évi­ter l’écueil du théâtre fil­mé. « C’était le dé­but de l’élec­tri­ci­té, et Pa­ris avait quelque chose de mer­veilleux », ex­plique Alexis Mi­cha­lik. Son film montre une ville idéa­li­sée et trans­porte le spec­ta­teur dans un monde ma­gique : ef­fets spé­ciaux et éclai­rages donnent l’illu­sion de se re­trou­ver à la fin du XIXe siècle. Ed­mond Ros­tand a connu la gloire avec Cy­ra­no de Ber­ge­rac, et Alexis Mi­cha­lik, avec Ed­mond. Comme si les deux au­teurs étaient par­ve­nus, à plus d’un siècle d’in­ter­valle, à im­po­ser une vi­sion qui leur sur­vi­vra tant sur les planches que sur les écrans.

Tho­mas So­li­vé­rès in­carne l’au­teur de Cy­ra­no de Ber­ge­rac.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.