La CGT va ex­po­ser aux pa­rents le bien­fon­dé de sa grève

Le syn­di­cat or­ga­nise une réunion ce jeu­di pour dé­battre du bien-fon­dé de la grève dans les can­tines

20 Minutes (Marseille) - - LA UNE - Ma­thilde Ceilles

A Mar­seille, de­puis un mois, les écoles sont tou­chées par une grève dans les can­tines sco­laires. « Rasle-bol », s’agace une ma­man d’élève lec­trice de 20 Mi­nutes. A Mar­seille, ce type de mou­ve­ment ar­rive en ef­fet ré­gu­liè­re­ment, contrai­gnant les pa­rents d’élèves à s’or­ga­ni­ser.

«On veut faire connaître aux pa­rents le quo­ti­dien de leurs en­fants.»

Fran­çoise Ris­te­ruc­ci, CGT des ter­ri­to­riaux

Le mou­ve­ment de grève des « ta­tas », comme on ap­pelle le per­son­nel mu­ni­ci­pal des écoles à Mar­seille, a été lan­cé dé­but dé­cembre par la CGT, no­tam­ment contre le sous-ef­fec­tif et pour les ré­mu­né­ra­tions. En ré­ponse, la mai­rie a dé­ci­dé en dé­but de se­maine de ré­qui­si­tion­ner les agents gré­vistes afin d’as­su­rer « une conti­nui­té du ser­vice pu­blic». Mais dans un sou­ci de « mettre fin à la po­lé­mique », se­lon ses propres termes, la CGT or­ga­nise ce jeu­di un dé­bat sur le bien-fon­dé de ce mou­ve­ment, au­quel elle convie pro­fes­seurs et pa­rents d’élèves.

Le ren­dez-vous est don­né à 17 h 30 à la Bourse du tra­vail. Une ini­tia­tive plu­tôt in­édite, qu’as­sume to­ta­le­ment Fran­çoise Ris­te­ruc­ci, de la CGT des ter­ri­to­riaux de la ville de Mar­seille. «On veut être trans­parent, car beau­coup de choses ont été dites sur nous, ex­plique-t-elle. Avec cette réunion, on veut faire connaître aux pa­rents le quo­ti­dien de leurs en­fants. Si votre en­fant pleure à la can­tine car la viande ser­vie est dé­jà froide, c’est nor­mal. Quand un pe­tit a en­vie de faire pi­pi, on est obli­gé de lui dire de se re­te­nir. Sans comp­ter les his­toires de cham­pi­gnon ou de lé­gio­nel­lose dans les can­tines!» La réunion a un autre ob­jec­tif : ob­te­nir da­van­tage de sou­tien. « Une fois in­for­més, après les pa­rents fe­ront ce qu’ils veulent. Peu­têtre vont-ils en­voyer un mail à la mai­rie… Nous, on ne fait pas grève pour em­mer­der le monde. Mais en tant que pro­fes­sion­nel de la pe­tite en­fance, on n’a pas en­vie d’être mal­trai­tant avec les en­fants. » Un ap­pel qu’en­tendent plu­sieurs pa­rents d’élèves, à l’image de Sé­ve­rine, in­ter­naute de 20 Mi­nutes. « Le pro­blème reste le même : tou­jours plus d’en­fants sans un per­son­nel suf­fi­sant avec un sa­laire dé­plo­rable. Trop, c’est trop…». « Nous se­rons pré­sents et nous avons aver­ti nos adhé­rents de cette réunion, pré­cise Sé­ve­rine Gil, pré­si­dente du mou­ve­ment des pa­rents d’élèves du 13 (MPE13). On ai­me­rait sa­voir com­bien de per­sonnes s’oc­cupent réel­le­ment à plein-temps de nos en­fants toute la jour­née.» Et d’ajou­ter : « Cer­tains pa­rents risquent d’être vi­ru­lents. L’exas­pé­ra­tion ne doit pas prendre le des­sus sur la ré­flexion. » Un nou­veau pré­avis de grève a été dé­po­sé par la CGT jus­qu’aux pro­chaines va­cances sco­laires.

Un nou­veau pré­avis de grève a été dé­po­sé jus­qu’aux pro­chaines va­cances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.